Rimeas redjårbés pa Djozî Schoovaerts

(riscrîts e rfondou walon)


 Dovioz mu l' ouxh.

 Lamartine. Li Basse (Le Lac).

 Victor Hugo. Waterlô.

 Sully Prudhomme: On sondje

 Ruydard Kipling. Si


Dovioz mu l' ouxh.

 

- Dovioz mu l' ouxh, èm tinre ameye,

Dovioz mu l' ouxh do ptit paxhi.

Si Diè m' aspoye, ç' n' est nén foleye

Dovioz mu l' ouxh, èm tinre ameye,

 

- Alez rzè don, dji m' dimefeye.

Mi ome ni m' vout nén ley' betchî.

 

- Dovioz mu l' ouxh, èm tinre ameye;

I n' va rén vir, on s' va baxhî.


J. Schoovaerts, divins: RABULèTS – Deujhinme anêye di sorvicaedje – 2001 – Volume II – Pådje 66.


Le lac de Lamartine.

Li basse

 

Pôves nozôtes, essaetchîs fén lon pås ahessaedjes

El nute ki n' finixh måy, - nouk end a måy rivnou -,

Nos fårè i tofer, åd dilong d' nosse vicaedje,

Rtuzer ås djoûs pierdous ?

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, / Dans la nuit éternelle emportés sans retour, / Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges / Jeter l'ancre un seul jour ?

 

Wai, l' basse, l' anêye a schipe a yeu fwait l' toû do cir,

Ki mi, astok des waches ki tant rvey ele voleut,

Louke, vo m' ricial mierseu, ashid dissu l' plate pire

La wice k' ele s' ashideut.

Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière, / Et près des flots chéris qu'elle devait revoir, / Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre / Où tu la vis s'asseoir !

 

Ti boerléves sifwaitmint dissu les spessès rotches,

En on sfwait wachotmint, ti les spiyives e schetes

On parey vint stitchive ti blanke schoume dins les potches

Et l' î stinde e bouyetes.

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes ; / Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés ; / Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes / Sur ses pieds adorés.

 

Èt sovénss co k' ene shijhe, nos esténs-st a naivyî ?

Gn av' nou brut a-z etinde, ni dsu l' aiwe, ni dins l' cir

Leye et mi, peurs efants, nos dmoréns-st a sondjî,

A çki nos rcrindéns l' pire.

Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ; / On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux, / Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence / Tes flots harmonieux.

 

Tot d' ene trake, ene so l' ôte, ses paroles ont tcheyou

Et ndaler rabressî tes rives et tes cresteas,

Tot s' meta-st a schoûter; adon, on l' a-st oyou

Dire douçmint èç rimea:

Tout à coup des accents inconnus à la terre / Du rivage charmé frappèrent les échos, / Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère / Laissa tomber ces mots :

 

"Vos, l' tins, djokez vos don ! Et vos, les moumints d' åjhe

Arestez d' rider foû !

Leyoz nos, ene hapêye, lu et mi, féns binåjhes,

Profiter d' nos beas djoûs.

" Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices, / Suspendez votre cours ! / Laissez-nous savourer les rapides délices / Des plus beaux de nos jours !

 

I gn a des misbridjîs assez ki somadjèt.

Rôlez, coroz po zels,

Epoirtez tos les cis k' après l' moirt eraedjèt,

Nén les cis k' s' inmèt fel.

/ " Assez de malheureux ici-bas vous implorent ; / Coulez, coulez pour eux ; / Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ; / Oubliez les heureux.

 

Voess bén ! dji piede mi tins a dmander ene rawete,

Les eures si fotnut d' mi,

Dji di al nute "dimore !" mins dji voe pa l' bawete

Ki l' nuteye a fini.

" Mais je demande en vain quelques moments encore, / Le temps m'échappe et fuit ; / Je dis à cette nuit : " Sois plus lente " ; et l'aurore / Va dissiper la nuit. /

 

Ça fwait ki dj' di: betchans, ahessans, et s' boutans !

Hay, ardans, profitans !

Paski l' djin n' a nou poirt, eyet l' tins n' a nou banc.

Pont d' rischape ! Nos passans."

" Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive, / Hâtons-nous, jouissons ! / L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ; / Il coule, et nous passons ! "

 

Djalot tins, 't i possibe ki les moumints d' bouneur

Ewou çki nosse plaijhi nos berceye dins ses waches,

Volénxhe evoye si rade ki les cis ki l' maleur

Tafwaitmint nos rabaxhe ?

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse, / Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur, / S'envolent loin de nous de la même vitesse / Que les jours de malheur ? /

 

Cwè ? Gn a-t i nou moyén d' endè wårder 'ne noejhete ?

Cwè ! Evoye po todi ? Cwè ! Po todi pierdous ?

El tins ki nos ls a dné, el tins ki nos les schete,

Nos a leyî strindous.

Hé quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace ? / Quoi ! passés pour jamais ? quoi ! tout entiers perdus ? / Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface, / Ne nous les rendra plus ? /

 

Ti, noer trô do Neyant, ki dmorrè sk' a todi,

Cwè frèss co d' tos les djoûs ki tofer ti nos scrotes ?

Dji t' cåze: èn nos pôreuss rinde on djoû les plaijhis,

Ki t' nos hape en erote ?

/ Éternité, néant, passé, sombres abîmes, / Que faites-vous des jours que vous engloutissez ? / Parlez : nous rendrez vous ces extases sublimes / Que vous nous ravissez ? /

 

Ti, basse ! Moyalès pires ! Tizôtes, trôs ! Vos, noers bwès !

Vozôtes ki l' tins rispågne, s' i n' les fwait radjonni

Wårdez don di ç' nute ci - wårdez lu bén å rcwè -

Wårdez è l' bon sovni.

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure ! / Vous que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir, / Gardez de cette nuit, gardez, belle nature, / Au moins le souvenir ! /

 

K' i dmore dins t' påjhirté, k' i dmore dins tes oraedjes,

Ti, basse, eyet dins les bouxhnisses di tes gripetes,

Et dins tes deurs cayôs et dins tes vetes coxhlaedjes;

K' il î dmore a perpete.

Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages, / Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux, / Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages / Qui pendent sur tes eaux !

 

K' i dmore divins l' zuvion ki frumjheye et ki rpasse,

Et dvins les bruts d' tes waches dissu les crawieus stos,

Dins les stoeles ki par nute ti rwaitnut - gn a des masses -,

K' i dmore on côp po tot.

/ Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe, / Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés, / Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface / De ses molles clartés ! /

 

Ki l' sint-bon di ti airaedje, - nodeur ki ravigote -,

Ki l' fouyaedje ki triyane, li plouve ki fwait s' mestî,

Ki tot çk' on-z ôt, k'on voet, et k' on-z etind ki gote,

Tot deye : "Ké vey-voltî !"

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire, / Que les parfums légers de ton air embaumé, / Que tout ce qu'on entend, l'on voit et l'on respire, / Tout dise : " Ils ont aimé ! " /


Le lac, Alphonse de Lamartine, redjårbé e walon pa J. Schoovaerts, divins: RABULèTS – Deujhinme anêye di sorvicaedje – 2001 – Volume II – Pådje 80; ribetchté pa L. Mahin.


Waterlô.

Waterlô ! Waterlô ! Waterlô ! Grigneuse daegn !

Tot come ene wache a boure divins ene basse trop boigne,

Didins t' vijhnåve di bwès, di tienes et di schavêyes,

El trisse moirt comeléve des tchås totes cotrawêyes.

D' on costé c' est l' Urope; di l' ôte costé, c' est France.

Pokes di sonk ! Des vayants, Diè broyive l' esperance.

El Victwere pete evoye, li sôrt esteut ddja scran !

A Waterlô ! Dji plore, djoké e plin ahan,

Di la vey les dierins sôdårds del tote fene dierinne bate,

K' ont stî pår les pus grands, k' on fwait ployî so pate

Vint rwès; trevåtchî ls Alpes et pesteler foû l' Rin.

L' åme avou les clairons tchantant dispu longtins.

L' nute si ståréve; li bate esteut deure po les coirs;

Il avancive tot droet presse a rifter l' victwere:

'L apicive Wellington, astoké azès bwès.

Avou s' lunete a l' ouy, i rwaitive bén å rcwè

L' mitan del bate, et l' tot e sonk balzinant wachisse

Di cbroyaedjes et d' trawaedjes, et l' co vikant bouxhnisse.

Tevozè louke pus lon, sol boird di cisse grande mér,

Tot pinsant vey rexhe Grouchy ! - Maleur ! C' esteut l' Blucher !

 

Et l' espwer candja d' camp, eyet l' bate candjî d' åme,

El boerlant crabouyaedje s' a stindou come ene blame,

Et les canons inglès nos scheter e furlokes.

Dissu l' daegn la k' tronnént tos nos drapeas e lokes

Si stårént les hoûlmints, do hopea d' moirts k' on sgoidje.

Gn aveut-st on lujhant trô, rodje come li rodje d' ene foidje,

On trô k' les redjimints, sôdårds metous e meurs,

Tcheyént, sins k' si rilvénxhe les stocaesses et les deurs !

Et les hôts miertabeurs, padzo des grandès penes,

Muchiént co leus skernaxhes ki c' esteut les dierinnes.

Margaye do diâle ! Munute di moirt ! L' ome s' a strindou.

L' astcheyance di wangnî aveut pår rastrindou !


Victor Hugo, redjårbé pa J. Schoovaerts, divins, RABULèTS - 2002 - Pådje 4 do Volume I del troejhinme anêye.


Si...

Si ti t' ritroves sins ovraedje a l' fén di t' veye,
Si ti n' pous pu rén dire, sins rén d' noû a rbasti,
Si on t' as fwait piede dins l' eure, çou k' t' as fwait dins t' vicåreye,
Si tot d' on côp, on t' riwaite di cresse, twè, l' tot flapyî [piétiné]

Si cwand c' esteut po bouter, po raener,
Si po dner on bon côp, t' esteut todi d' atake,
Si, cwand on t' xhufléve, ti vneut tot d' shûte et haner,
Si on n' s' a nén rtourné, po tel diner, t' C4,

Si les djoûs d' pexhon, on t' leyive les eriesses,
Si les djoûs d' bouyon, ti spepyives les oxheas,
Si ti n' aveus nén bråmint des djoûs d' fiesse,
Si on t' leyive ene cabolêye po des pourceas,

Si ti n' aveus rén a dire, et k' on t' leyive braire,
Si po fé rimpli les veres, t' esteus todi l' prumî,
Si on t' dijheut k' i gn aveut k' twé a fé des istweres,
Si tot t' ritournant, ti rtrovéves t' caté [corbeille] dedja vudî,

Si on t' la todi prometou po dmwin, l' erdiè,
Si on t' dineut les cåtes, sins k' t' elzès poye rimaxhî,
Si ti n' as yeu k' les nûlêyes et l' solea sins tchapea,
Si a l' fén do djeu, t' as todi yeu a rpayî,

Si a t' mwin tindowe, on t' respondeut d' on côp d' pougn,
S' on t' emantchive et k' ti pinséves n' fé k' a t' tiesse,
Si t' voleus fé plaijhi, k' on t' arindjive sins gogne,
Si ti fjheus l' bén, et k' on t' riwaitive di cresse,

Si tot çki t' as yeu po rén, on t' l' a fwait payî tchir,

Si po awè d' tès plomes, on t' a todi tot prometou,
S' i t' faleut è prinde l' abitude, et asteure ti taire,
Si ti t' es rtrové tot nou, on bea côp d' pî å cou,

Si on t' dene del betchete des doets et rén a l' ouy,
Si on t' dit d' t' ashire et t' risaetchî l' tcheyire,
Si ti payes li papî cwand on t' evoye ås foyes,
Si li nez dins l' rixhot on t' vout co fé taire,

Si t' as tracé t' roye, sins poussant,
Si t' as gripé, nén hôt, mins tot seu,
Si, po fini, t' as todi stî l' pierdant,
Si al fén di t' vicåreye, t' es mierseu,

Si po t' roye, t' as dvou tcherwer dins les cayôs,
S' i gn î aveut pus d' aiwe ki d' crinme, dins t' laecea,
Si ti n' fijheus ti salåde k' avou des cruwåds,
Si do pwin å laton, on n' ti dneut ki les crosses a craeyåds,

Si c' est po mia ti distrure k' on t' as leyî rever,
Si on t' a moussî, ki po ariver, i n' faleut k' do coraedje,
Si t' as stî rovyî pås efants k' t' as aclevé,
Si portant ti t' rastinds co bén di criyî t' raedje,

Si ç' n' est ki dins t' cour, ki t' catches tes ritchesses,
Si ç' n' est ki dins tes potches ki ti seres tes pogns,
Si passé houte di t'-n ouxh i t' fåt baxhî t' tiesse,
Si des mintreyes on t' end a siervou, di totes les cognes,

Si t' as sayî d' fé çki faleut po fé plaijhi,
Si t' as schoûté po bén shure çou k' on ti djheut,
Si po ti rtrover li ledmwin bén arindjî,
Si c' esteut cwand minme d' on lan ki ti t' levéve,
Si po dner t' vwè, t' as croeyou åzès promesses,
Si t' as pinsé, k' i t' faleut shure li tropea,
Si rotant å pas tot è rlevant l' tiesse,
Si t' as poirté tes pieles åzès pourceas,

Les rwès, les bén-djheus, les tartufes, les dneus d' kesses,
Les clatcheus, les spotcheus, les spårdeus d' ritchesses,
Les spårgneus d' merci, les pierdeus d' djonnesse,
M' fi, t' åront todi pris po ene bele biesse...


José Schoovaerts, divins RABULETS - Pådje n° 42 - 09.05.00 - Vol. II - MAY 2 000, eyet Coutcouloudjoû lº 58.


On sondje.

 

Li cinsî djha: "Dj' a assez d' frumint po m' prôpe pwin.

Vos vloz vs nouri ? Gretez les teres. Semez les ! "

Li tayeu s' î a metou : " Vos mousmints ? Keudoz les ! "

Et l' maçneu î raler : " Siervoz vs di vos mwins ! "

 

Peneus, mierseu, leyî djus pa totes les djins,

K' ont leyî l' pwès d' leus biestreyes a mes coirdeles,

Dj' a supliyî l' cir, k' a dmoré sins pont d' vwès

Tot evoyant des liyons trevåtchî m' tchimin.

 

Li cok a tchanté. Li solea reschandixheut l' måle.

Dedja des pondeus, tot gaiys, shoflént å hôt d' leu schåle.

Les djins s' rafiyént tertos di fé tos les mestîs.

 

Li bouneur m' a neyî. Gn a nolu a s' poleur passer des ôtes.

Dissu l' monde ewou on vike, i s' fåt aidî n' on l' ôte !

 

Dispu ç' niût la, dji vos voe eto bén voltî.


Sully Prudhomme, ratourné pa: Djozé Schoovaerts, divins: Rabulets 2004, 79.


 (Tous les textes normalisés de J. Schoovaerts) Pådje moennrece da J. Schoovaerts.

 (Index par auteur) Djivêye des scrijheus. (dont les textes sont disponibles en wallon commun) Djivêye des scrijheus k' ont scrît u k' ont stî rashious e rfondou walon

 (Back textes en wallon commun) Erdalans sol pådje des scrijhaedjes e rfondou walon.

(Back homepage) Alans rzè el mwaisse-pådje

(homepage wallon commun) Alans rzè eviè l' pådje moennrece do rfondou walon.


Sicrijhaedjes eplaidîs so les fyis avou l' åjhmince do scrijheu.

Édition en ligne explicitement autorisée par l'auteur.