CD Noël 1999 à Ransart (produit par J. Goffart)

Plake lazer e walon "Noyé al Ronsåt", prodûte pa J. Goffart

dierin rapontiaedje - last update: 2006-04-25.

Dressêye:

 


Plake lazer "Noyé del fén do sieke, amon nozôtes"

 

N' est i nén clapant, mes djins, di rtrover sol minme plake lazer ene peclêye di grands nos do walon come Claudine Mahy, Jany Paquay, Annie Loris, Marc Keizer, Marc Parmentier, Roger Hubert, Dino Forlane, Jean Goffart, Claude Cantillon eyet l' Ceke di teyåte e Walon d' Ronsåt, Pascal Heringer, Bernard Perpete, Marc Keizer, Ghislain Nicolas et les Pinsamis, eyet co avou li rlomé Pierre Bellemare, sins rovyî des muzicyins come Jacques Scourneau et Jean-Pierre Dupuis.

Li wespiyant Comitî d' Animåcion des Rasses, on coulot d' Ronsåt, a wadjî del produre, ci CD la. En on côp d' estchantêye baguete, ces årtisses la s' ont rapoûlé po nos tchanter ene tchanson, no dire on floriconte, nos reciter èn arimea, télfeye e walon, télfeye e francès.

Les tchansons k' gn a droci sont pacô des tchansons doûces, pacô des pus spitantès sacwè a môde do rokenrol, et kécfeye do countri, del samba ou del barcarole. La wai, ki totes ces sôres di muzike la sont ene dilé l' ôte, pol plaijhi di nos orayes.

La, tén, ene ripaxhante dressêye, et avou ça ki c' est on prodût " made in amon nozôtes " : tos les scrijhaedjes sont då Djhan Goffart.


Li floriconte des Rasses

Li date et l' trevén di ci floriconte ci, come di tos les floriconte, on nel sait nén. C' est vî, vî... pus vî k' les tchmins, da

Et portant... On-z a todi dit k' i gn aveut la l' signeur d' on viyaedje astok ki n' boutéve nén voltî. Cwand ses vîs parints morît d' ene laide croke, i s' meta a burlander totavå. Si seu plaijhi esteut di s' pormonner dins s' payis, ki c' est on clapant payis, po dire li vraiy. Insi, i pleut wåler emey les bwès et les trîxhes, les fagnes et les vås. I n' si rfuzéve rén, et fé gasse et fricasse a tot côp bon. Divant waire, il esteut divnou bômel.

Mins on bea djoû, cwand il a yeu furlé tos les sôs k' il aveut rfwait tot vinant s' tchestea, i si rtrova sins ene crombe mastoke e s' potche.

L' ivier avora raddimint, et avou lu, totes ses rascråwes. Pol discwårlé signeur, ci fourit on mwais cwårt d' eure a passer. Nos arivéns al mitan do moes d' decimbe. Dins les måjhones, on meteut les cosséns so les xhames, po ratinde matenes. Mins po nosse signeur, c' esteut pår ene pûne. I vikéve come ene biesse, et s' nouri di glands, di pemes di vessådes, di raecinêyes et kécfeye d' on live k' il aveut prins al bricole.

En cette journée du 24 décembre, le seigneur traversa la région, à la recherche de son destin. Arrivé aux abords de l' abbaye de Soleimont, l' homme y entra, et se recueillit silencieusement. Là, il pria Dieu afin qu'il le protège et lui permette d' accomplir des actions de bienfaisances. A peine fut-il sorti du lieu Saint qu'il eut le coeur gros de voir une petite vieille qui portait ses fagots de bois. Cette femme était dans le besoin, et par ailleurs, inscrite à la Table des pauvres, afin de recevoir une assistance. Finalement, il l' aida à transporter son fardeau pour traverser le ri proche de sa modeste maison.

Le temps ne s'améliorait pas. Que du contraire, il faisait exécrable. Un vent terrible chassait la neige par tombereaux.

L'homme errait sans savoir où se réfugier. Sans connaître sa destination, il continuait la traversée du bois de Soleimont, et se dirigeait vers le village actuel de Ransart. Le nom de celui-ci venant peut-être de la forme francisée d '"Ronsaut ", déformation d' "el rond d' saules ". Le centre du village étant construit près d' un étang bordé de saules. Ce nom devenant par contraction " El Ronsaut ".

Soudain, l' homme entendit un cri affreux. Un loup affamé venait de mordre un enfant revenant de chez son grand-père.

L'adulte empoigna un bâton et s'approcha en criant. L'animal prit peur et s'enfuit. Le sauveteur providentiel vit alors l' horrible blessure de ce petit corps pantelant. Un morceau de la cuisse était manquant.

Il gelait à pierre fendre, et la douleur aidant, l' enfant mourrait de froid. L'adulte retira sa veste, et la plaça sur les épaules du gosse. Le sang coulait par longs jets, et contrastait avec la neige fraîche qui tombait encore et toujours.

L'homme s'arc-bouta, et à la force des poignets, hissa l' enfant sur son dos.

Mais de l' autre côté du village, les parents s'inquiétaient. Ils alertèrent les voisins. Ils partirent à la recherche de l' enfant. En vain d' ailleurs. Désespérés, ils revinrent.

Plus loin, l' homme arriva à la croisée de sentiers. L'enfant, juste avant de s'évanouir, lui avait expliqué le chemin à suivre pour se rendre à sa demeure.

Brusquement, le ciel se déroba sous les pieds du sauveteur : il venait d' accrocher une lourde pierre recouverte elle aussi d' un blanc manteau. Ils tombèrent tous les deux, et meurtri par sa blessure, l' enfant poussa un cri. Ils roulèrent, et la neige les enveloppa encore un peu plus.

- Qu'importent mes souffrances. Je dois continuer!

Sur le côté, le ruisseau de Soleimont tentait de se faufiler parmi les glaces. L'homme balaya la neige d' un geste décidé, et se désaltéra. Ce geste lui redonna courage.

Alors que s'échappaient des odeurs de café, les adultes réchauffés se remirent à chercher. Les battues, conduites cette fois par des hommes en armes, continuaient sans résultat.

Le temps passait.

Là où se trouve actuellement la rue de la Station, enfin, ils retrouvèrent l' enfant et son sauveteur : le gros homme. Une fameuse couche de neige lui recouvrait tout le corps. Les parents le remercièrent en lui offrant l' hospitalité. L'enfant se tira d' affaire, et...

Par la suite, un bonhomme de neige apparut fin décembre dans les rues de Ransart. Celui-ci ressemblant étrangement comme deux gouttes d' eau à l' homme qui sauva l' enfant.

Deux années plus tard, il n'était plus seul. Une femme l' accompagnait. Ils se connurent dans d' étranges circonstances. La jeune fille s'était, un beau matin, aventurée dans la forêt. Elle se blessa en sautant par-dessus une grosse racine. Le destin fut de nouveau au rendez-vous. L'homme, flânant à proximité, l' aida à rentrer au logis. Depuis, ils ne se quittaient plus.

Le couple, oh combien sympathique, méritait de fonder une famille. Ils eurent deux enfants : d' abord un garçon, puis vint le tour d' une fille.

Le boulome Raspes, Raspounète, leurs deux rejetons Raspi et Raspo vécurent longtemps et furent tous quatre heureux.

Depuis, chaque année le 24 décembre, la famille au complet est fêtée par les parents et amis de l' enfant tiré des griffes du loup. Ils promènent les bonshommes de neige dans le quartier des Raspes, en distribuant aux villageois ébahis, friandises et boissons chaudes, sans doute afin de conjurer le mauvais sort. L'on chuchote même que le Père Noël en personne, se déplace pour... participer au cortège !


Jean GOFFART, divins: Noël de fin de siècle chez nous, ratourné e walon pa L. Mahin


El cortedje des Rasses

Erfrin :

Dins l' coron, gn a d' l' animåcion
Et on ndè påle dedja bén lon.
Cwand ns estans dins l' cortedje des Rases
Pus rén å monde èn nos tracasse.
Dins l' coron, gn a d' l' animåcion,
Et les djins djouwnut l' djeu a fond.
Dins les Rasses arive el Noyé :
On bon moumint, on va passer !

Les efants s' vont fé makiyî.
Sont tertos presses po-z endaler.
Vla k' el cortedje ès mete e tchmwin :
Les djins vegnnut did tos les cwéns
Et l' ambiance comince a monter;
A côp seur, dji vs pou l' assurer :
K' ça fouxhe les grands ou les efants,
I sont-st evoye e triyanant.

Arivés ene miete pus lon,
Nos sayans ene sacwè d' bon :
Ki ça fouxhe on bol di potaedje
Ou on vere di vén k' on pårtaedje
Sins conter l' brotchete di pexhons
Ou l' chope di bire ki nos boevons
Amon l' farmacyin ou l' libraire,
Nos vla avou bråmint d' espwer.

El tins d' dire ouf et nos 'stans ddja la
A-z atraper l' flambo rola,
Po nos rtrover e compagneye
Des rwès mådjes et des djoyeus dreyes
Ki finiront pa s' ertrover
Dins l' såle asto do Pére Noyé
Ki ratind po distribouwer
On djouwet a ses protedjés.


 Jean GOFFART, divins: Noël de fin de siècle chez nous.


Les djeyants del Ronsåt

 

In djoû, ene rafale di nîve

Rachoneut d' in côp d' bîje

Deus nouvias parwècyins

Vouwès a moru d' fwin.

C' est k' i s' weyît voltî

Nos deus boulomes insi :

Is n' savît pus s' kiter

I n' pinsént k' a s' inmer.

 

Erfrin :

Les djeyants del Ronsåt

El pèdnut di bén wôt :

Boulome Raspe di cate mètes,

Raspounète su roulètes.

Les djeyants del Ronsåt

El pèdnut di bén wôt :

Foclore va onorer

Sins ratna el Nowé.

 

Cand ariva l' bia timp,

L' ome ratcha dins ses mwins :

Des efants arivît

C' esteut la leu dézir.

 E sadjesse, les efants

Dins l' coron s' pourmwinnant

Vnît a doner leu no :

Raspi eyet Raspo


 Jean GOFFART, divins: Noël de fin de siècle chez nous


Gn a del nîve

 

Di l' estwelî, el blanc nos vént,

Et radmint on choûte el radio.

Ene boune coutche arive a claper :

Trop tård pou daler å resto.

Echène, les efants son-st eureus

Les vla ki cournut tot firlant

E wèyant l' blanke couverte ki tcheut

Pou cachî d' yesse prumî padvant.

 

Erfrin :

Gn a del nîve, gn a del nîve

I fét blanc dsu l' vôye.

 

A ! rén ki des belès souvnances

Dji n' dimande k' a rvîr les imådjes

Atout m' dijant k' a l' astcheyance

L' natûre a in bel ebalâdje.

Mins cand dji sondje ås viyès djins

Dji m' di k' e reflechissant bén

K' i duvnut dmeurer dins leu cwin

Fåreut ene sakî pou s' d ocuper.

 

å rfrin

Wétèz k' el nîve a djoké d' tchére

Dji n' eva nén m' racouloter,

Mins bén profiter di prinde l' ér

Po-z admirer no blanke beaté.

Di l' estoelî, el blanc nos vént.

Di l' estoelî, el blanc nos vént.

å rfrin


 Jean GOFFART, divins: Noël de fin de siècle chez nous


Les amis del Grand Place.

 

El djoû divant l' Nowé,

I voulnut s' rachoner

Timpe di l' après-dinner

El buvete, fåt l' monter :

El vén tchôd cour dedja

Les djins des Raspes sont la.

I sont presses pou l' depart

Du cortédje et del fanfare.

 

L' ancyin ôtel di vile

Erwaite ki droet ça file,

Li k' a tnu si lontimp

El gouria du patlin.

C' est seur ki dè s' wôteus

I n' fra nén l' mårgougneu

E weyant toutes les djins

Acourus pa tous les timps.

 

On met l' feu åzès cwades,

L' feu d' årtifice esclate :

Presses a brotchî d' leu bwesse

Pou k' les djins fuchnuche al fiesse,

Vla in moncha d' estoeles

Spitant tertoutes di pus bele

Et leyant l' estoelî

Di toutes couleurs, flori.

 

Erfrin :

Ås amis del Grand Place :

Vos srez seur les bénvnus

Vènez dé nous e masse

Pou bwêre in côp la dsu.

Les amis del Grand place

Vos donnut leu raploû;

Vènez dé nous e masse

On djipra intrè vous.


 Jean GOFFART, divins: Noël de fin de siècle chez nous


Nowé pou deus måjos

Noël pour deux maisons

L' istwêre ess passe al Ronsåt, al fén d' l' anéye, åzès coutoûs du mitan du moes d' decimbe.

L'histoire se passe à Ransart. Nous sommes en fin d' année.

El vilâdje esteut påjêre. El viespréye vèneut d' tchére et s' estindeut dissu les tchmwins. Rola, al coupete del vôye, deus måjos ess dressît bén astampéyes, yene asto d' l' ôte.

Le village est calme. La soirée tombait, et là, sur le haut de la route, deux maisons identiques respiraient le bonheur.

Les djins del cene di drwete avît arindji leu dvanteure avou toutes sôtes di biesses, tertoutes ås pus djoliyes. Dins l' sapén, i avît metu des boules et des lampes di totes sôtes di couleurs, ki, in côp aluméyes, donît del djoye å cour del måjo.

Les habitants de celle de droite avaient décoré leur devanture avec des animaux sortis en droite ligne des studios Walt Disney. Dans le sapin, ils avaient placé des boules de toutes couleurs, qui une fois illuminées, donnaient de la joie au coeur de la maison.

El cassine d' a costè, ki rcheneut come ene cheur a s' vijene, n' aveut pont d' decoråcions, leye : les deus vîyès djins ki dmerît la estît pinsionès, et n' avît wêre di liårds. Bén seur nén pou-z achter des cacayes di Nowé.

La demeure voisine ressemblait comme deux gouttes d' eau à la première... Mise à part qu'elle n'était pas décorée! Les deux personnes vivant là, étaient pensionnées, et ne possédaient que peu d' argent pour vivre. Certainement pas pour acheter des futilités de ce genre.

Ess djoû la, el måjo d' drwete etindeut chuchloter. On lyi dizeut e sn oraye, - ene vwes diskindeuwe pal tchiminéye -.

Ce soir-là, la maison de droite entendit chuchoter. On lui parlait à son oreille, - une voix descendait de la cheminée.

- Vos nn avez del tchance, vous, d' awè toutes ces lumrotes la ki vennut vos raguéyi a l' viespréye !

- Quelle chance vous avez! Toutes ces petites ampoules venant égayer la soirée!

Toute esbaréye, ele respondeut a l' vwès :

Etonnée, elle répliqua :

C' est l' vré. Tous lz ans, a c' momint ci, dji m' sin toute noûve : dji prind en ér di fiesse.

- C'est exact. Tous les-ans, à pareille époque, je me sens revivre : je prends un air de fête!

El måjo d' drwete s' aveut bén rindu compte ki c' esteut l' måjo vijene ki lî dvizeut, maleureuse, paski ses djins n' avît pont di liârds, et k' pou yeuss, el viye n' esteut nén fôrt åjiye.

La maison de droite, se rendait compte que l' habitation voisine lui parlait. Celle-ci était malheureuse. Ses propriétaires semblaient dans le besoin, et la vie n'était guère facile pour eux.

El pôve måjo aveut l' keur gros. Ele n' ôzeut minme pus dvizer a s' vijene.

La maisonnette avait bien du chagrin. Elle n'osait même plus adresser la parole à celle qui...

" Dji m' sin toute nuwe ! " pinseut ele.

" Je me sens toute nue! " pensait-elle.

I tcheyeut del nîve. Des tchandeles di glace diskindît du twet del pôve måjo mérnuwe. A té pwint k' on aveut dins l' idéye, e passant dvant leye, k' ele breyeut !

Alors que les habitants dormaient, la neige se mit à tomber. Le froid aussi arriva.

Peu après, recouvrant la pauvre maison, des blocs de glace glissèrent du toit : il était facile d' imaginer les sanglots!

Par la suite, des chandelles de glace descendirent. A tel point qu'en passant devant, on eut l' idée qu'elle pleurait.

El ledmwin matin, les djins des deus måjos brouchtît l' nîve ki rascouvreut leus trotwêrs.

Le lendemain matin, les gens des deux maisons brossèrent leur trottoir.

Hé Djan, di-st i l' ome del måjo d' drwete, vos vlèz sacantès boules? No fiye enn a co rapôrtè ayêr. Et des guirlandes etou, gn a pattavå l' måjo !

- Hé Jean! interpella l' homme de la maison de droite. " Veux-tu quelques boules et décorations diverses? Notre fille nous en a apporté des neuves hier. La maison est déjà remplie de mille et une guirlande!

" Dji vou bén ! " a respondu l' ôte, anoyeus.

" Je, je veux bien! " répondit l' autre, tristement.

Ene demiye eure pus tård, il atatcheut les guirlandes åzès feniesses, et i daleut minme ké l' vî sapén stitchi å guernî, pou l' gårni avou les boules.

Une demie heure plus tard, il plaçait les guirlandes aux fenêtres. Il monta ensuite au grenier, pour en descendre avec le vieux sapin, qu'il garnit avec les boules.

El gnût chûvante, les deus måjos estît toutes djweyeuses. Mins gn a yene ki l' esteut branmint dpus. Elle a chuflè a l' oraye di l' ôte :

La nuit suivante, les deux maisons resplendissaient de bonheur. Pourtant, l' une d' entre elle était encore plus joyeuse. Elle a même soufflé à l' oreille de l' autre :

Cweski ça pout fé, si dj' end é nén ostant k' vous ? Wétèz come dji seu bele. Wétèz come mes decoråcions brotchnut ås îs des djins ki pasnut. Wétèz come dji rglati avou toutes mes belès couleurs. Wétèz come dji seu-st eureuse. Wétèz come...

- Je n'en n'ai peut-être pas autant que vous. Mais regardez comme je suis belle. Regardez comme mes décorations scintillent aux yeux des gens qui passent. Regardez comme je brille de mille couleurs. Regardez comme je suis heureuse. Regardez comme...

Eyet l' pètite måjo s' a edôrmu...

Et la petite maison s'endormit...


 Jean GOFFART, divins: Noël de fin de siècle chez nous


El boulome di nîve

Le bonhomme de neige

I feyeut frèd. On esteut å mitan du moes d' måss. I tcheyeut del nîve dispû ene boune samwinne. El semdi après dinner, deus djonnes gaviots avît decidè d' fé in boulome di nîve.

Dehors, il faisait froid. Nous étions à la mi-mars, et la neige tombait depuis une bonne semaine. Le samedi après midi, deux jeunes gavroches avaient décidé de fabriquer un bonhomme de neige.

Et c' est bén botès, avou des gros solés, deus péres di tchåssetes, un djilet, ene echârpe, in passe montagne, et des grossès moufes, ki nos deus ârsoûyes son-st evôyes a l' uch.

Et c'est bien habillés avec de grosses chaussures, une double paire de chaussettes, un pull, une écharpe, un passe-montagne et des grosses moufles que nos deux arsouilles se mirent au travail.

Mågré leu djonne âdje : cénk et set ans, les deus fréres cominchnut a rouler ene boule, branmint pus grosse ki yeuss.

Malgré leur jeune âge : cinq et sept ans, les deux frères commencèrent à rouler une boule, qui devint rapidement plus grosse qu'eux.

El boule finiye, i s' ermetnut a dè fé ene deujinme, k' il a falu stitchî ådzeu d' l' ôte. Pou çoula, in côp d' mwin d' maman n' aveut pont fét d' tôrt.

La boule terminée, ils se mirent de suite à en attaquer une deuxième, qu'il fallait ensuite placer au-dessus de l' autre. Pour cela, un coup de main fut requis : maman arriva à la rescousse.

El pus deur esteut fét. Mins i avît co dandjî d' leu mére. On n' pleut l' leyî insi, faleut l' abiyî. Ttossi râde dit, ttossi râde fét : in vî tchapia du grand-pére dissu l' tiesse, k' a stî féte leye, avou ene carote pou l' néz, des gayetes pou les îs, et des boukets d' pétråles pou les orayes. Gn aveut etou des boutons ttåddilong dè s' boudene, des boukets d' plantches avou des viyès moufes pou les bras. Et il esteut fini.

Ouf! Le plus dur était fait. Néanmoins, la présence de maman s'avéra encore nécessaire. On ne pouvait le laisser ainsi dépouillé, le pauvre. Il fallait l' habiller... Aussitôt dit, aussitôt fait : on lui jeta un vieux chapeau du grand-père sur la tête, réalisée elle-même, avec une carotte pour le nez, des morceaux de charbon pour les yeux et des demi-tranches de betterave pour les oreilles. Ils ajoutèrent aussi des boutons le long de la grosse boule, des morceaux de planches avec de vieilles moufles pour les bras, et il était enfin terminé, leur bonhomme de neige.

Mins k' il esteut bia ! Les gamins d estît fiêrs. Djusk' a çk' i cominche a disdjaler, ene samwinne pus tård.

Mais qu'il était beau! Ah, les gamins pouvaient en être fiers! Oui, ... jusqu'à ce qu'il ne commence à dégeler une semaine plus tard.

Les deus gamins n' savît cwè fé padvant leu boulome di nîve : çtici comincheut ddja a suwer des goutes come des ptits poes. I daleut fonde! On n' pleut l' leyî insi !

Dès l' annonce entendue au service météorologique, les enfants ne surent plus que faire, là, démoralisés, devant leur bonhomme de neige. Celui-ci commençait déjà à suer des gouttes grosses comme des petits pois. Il allait fondre. On ne pouvait le laisser ainsi.

El vijin arive a c' momint la. I vindeut des fridjidéres et des grandès ârmwêres ås boutchîs et ås grands boutikes. Weyant lz efants padvant l' boulome, i splike ås parints :

Peu après, le voisin arriva. Il vendait des frigos et des congélateurs aux grandes surfaces. Voyant les enfants, désoeuvrés devant leur bonhomme, il appela les parents.

- I sont vnus dire arvwêr a leu boulome di nîve, dèvant d' daler coûtchî.

- Je les ai vus venir faire des adieux à leur bonhomme de neige, juste avant d' aller se coucher!

- Come i rligne, dimwin, gn åra pus rén, réspond l' maman, maleureuse leye etou, d' les vîr come i estît.

- Comme il dégèle, demain, il n'y paraîtra plus ! répondit la maman, malheureuse elle aussi, de les découvrir dans un tel état.

El vijin rindeut voltî service. Cand, tout d' in côp, i sondje a ene accion ki lî freut del publicitè, pou vinde pus åjiymint ses frigos. Il aveut rola ene idéye du tonwêre !

Le voisin aimait rendre service. Tout à coup, l' idée lui vint. L'homme songea à une publicité afin de vendre son matériel.

Cand les efants ont stî montès coûtchî, el vijin s' a metu a bouter avou l' pére : i faleut transpôrter l' boulome pou l' estitchî dins ene grande årmwêre-frigo.

Quand les enfants furent endormis, le voisin se mit à l' ouvrage, en compagnie du père. Il fallait transporter le bonhomme de neige pour le placer en sécurité dans une grande armoire frigorifique.

- Cand l' esté sra vnu, dj' amwinnré les fotografes. Dji fré del publicitè avou l' boulome di nîve !

" Quand l' été sera venu, j'inviterais des photographes, et je ferais de la publicité avec le bonhomme! " ajouta le voisin.

 

El ledmwin matin, pupont d' nîve. Mins les parints ont apougni leus efants et lz ont mwinnè a costè, mon l' vijin.

Le lendemain matin, la neige avait disparu. Mais les parents prièrent les enfants de se rendre dans la maison voisine.

Les deus gamins estît binåjes. Durant tout l' esté, is ont yeu l' ocåzion d' daler rinde vizite a leu boulome...bén å frèd dins l' frigo. Co mia : el bon timp bén avanci, is ont veyu leu boulome di nîve dins l' gazete. Adon, is ont radmint discôpè l' foto, pou l' moustrer leu èro a tous leus copins...

Là, les deux petits bouts de chou furent émerveillés. Durant toute la bonne saison, ils eurent l' occasion de rendre visite à leur bonhomme...bien au froid dans le frigo. Mieux encore, l' été bien avancé, ils ont vu leur bonhomme de neige apparaître dans les journaux et folders publicitaires. Les enfants découpèrent même la photo afin de la montrer à leurs copains de classe...

C' esteut leu boulome di nîve !

Et oui, c'était ... leur bonhomme de neige.


 Jean GOFFART, divins: Noël de fin de siècle chez nous


El nîve

Cwand tout doûçmint nos rvént l' ivier,
El nive, leye etou, est dins l' air.
Est ç' ene sacwè d' bea ou d' mwais ?
C' est ene sacwè a nos pôzer.
Cwand l' nive, di l' ivier, on nd a pont,
I fåt k' on evåye vir å lon.
Et cwand i gn a dins no payis,
On dmande rade : " Ç' n' est nén co fini ? "
Voeyoz on côp les payizaedjes
Ki ça fouxhe les bos, les viyaedjes,
Tertos ont leus blankès coleurs;
Gn a k' les moxhons k' ont moens d' årdeur
Pou yeuss, gn a waire a mindjî,
Et i fåt cachî d' s' arindjî.
On direut k' les åbes sont-st a l' fiesse :
I sont tot blancs des pîs sk' al tiesse.
Les bateas sont paralizés,
Les cours d' aiwe sont-st edjalés,
Insi k' el trafik di vweteures
Et di camions : pou yeuss, c' est deur.
I stitchnut do sé dsu les tchmwins,
Mins i fåt rcomincî sovint.
Des cis k' sont binåjhes, c' est ls efants
Ki, avou leus parints padvant,
Sôrtnut ashids dsu leu trinno
Ou tapnut des boles dins l' cwåro.
I fwaiynut eto des glisweres
Mins sins s' ertrover l' cou al tere.
Les grandès djins yeuss, c' est tot l' contraire :
I n' lzî fåt nén rwaitî e l' air :
I divnut s' acrotchî a l' rampe
Sinon, i s' cassnut rade on mambe.
Les cis k' evont ås spôrts d' ivier,
Çoula lzî coûsse tolminme foirt tchêr :
I vont dins nos belès Årdenes
Po rovyî leus traeyéns, leus poennes;
Drola, i polnut fé do ski.
Do spôrt, c' est bon po n' nén groxhi;
Co mieus, vos respirez l' boun air
Ça frè surmint pus d' bén k' al mer.
L' nive, ç' n' est nén k' des dezagrumints,

Ça nos pout dner di l' amuzmint,
Et i n' fåt nén viersî des larmes
Paski tote såjhon a ses charmes !


Jean GOFFART, divins: Noël de fin de siècle chez nous


Modêye "pre-rfondowes" avou on prezintaedje e francès

Mwaissès modêyes


 Pådje moennrece da Djhan Goffart.

 

L'utilisation commerciale de ces textes est régie par la SABAM


* Si des mots difficiles se présentent à vous sur ces pages, allez voir s'ils ne sont pas expliqués dans le Splitchant motî do walon (avec brève traduction française), ou dans le Wikipedia, l'encyclopédie en wallon (suivez: "Pordjet Esplicant Motî") ou encore sur le "Wiccionaire".


 (Index des sujets traités en wallon unifié) Djivêye des sudjets diswalpés e rfondou walon.

 (Index des auteurs dont les textes sont disponibles en wallon commun) Djivêye des scrijheus k' ont scrît u k' ont stî rashious e rfondou walon.

 (Back textes en wallon commun) Erdalans sol pådje des scrijhaedjes e rfondou walon.

(Back homepage) Alans rzè el mwaisse-pådje

(homepage wallon commun) Alans rzè eviè l' pådje moennrece do rfondou walon.


Sicrijhaedjes eplaidîs so les fyis avou l' åjhmince do scrijheu. Sacwants bokets scrîts tot notant des accints do walon polèt aveur sitî ene miete rassonrés po poleur shuve pus åjheymint les mwaissès rîles do rfondou walon.

Édition en ligne explicitement autorisée par l'auteur. Certains textes, écrits d'abord en régiolectes, peuvent avoir subi des modifications mineures pour faciliter leur insertion dans le projet d'orthographe wallonne unifiée.