Page de Pierre-Joseph Dosimont

Li pådje da Pire-Djôzef Dozîmont

dierin rapontiaedje - last update: 2009-07-26.

 Dressêye:

Sicrijhaedjes :

Vicåreye :

Ôtès waibe-pådjes


A monsieu Calozet

Si måjhon

 

I.

 

On-z î a dmoré si fene djonnesse.

Elle a sotnou totes nos fweblesses.

C' est la k' on-z a douçmint grandi

k' on-z a veu, ådzeu, l' Paradis.

 

Et la, dissu li schô di s' mere,

ont monté les coûtès priyires

etur les deus gåtches senes di croes,

e confiyince, d' ene bele doûce vwès.

 

Et pu ont vnou totes les moxhreyes,

bén trop rprotchêyes, ca c' est ça l' veye,

li meyeuse prouve d' ene boune santé

et k' on ndè vôreut tant goster !

 

C' est la k' on rvént binåjhes di scole,

la k' on tchipote et k' on tribole

tant d' pordjets ki sont pår trop beas

po-z acayter a côps d' mantea !

 

Nosse viye måjhon et ses ahesses

nos ont parexhou ene vraiye ritchesse.

Tot shonnéve bea, tot shonnéve bon;

tot bén cnoxhou, cwåré et rond.

 

On rvoet co les viyès usteyes,

pindowes tot do long des murayes.

Lisse des paroes et les montants,

çk' esteut fôré dins les ridants.

 

Come totes les craeyes del viye pavêye,

dji rôléns dsu, ddja tote tcherpêye

pa nos shabots, e cmoennant l' trén

fwait d' cwate tcheyires ki s' kitchoként.

 

Les priyires dites, coûtchîs d' boune eure,

nos ouys si cloyént d' nos trîxhneures.

Li dierinne vuwe ki edmoirmeut,

c' esteut l' sômî ås plantes, padzeu.

 

Vo l' la, l' moumint k' on l' abandnêye.

Po nosse divwer, gn a l' eure ki soune.

Si, lon rî d' leye, on doet dmorer,

djamåy, si sovni n' a ndalé.

 

Didins nos reves, on l' rivoet l' minme.

Parints et leye, c' est zels k' on-z inme.

I nos rvinèt co ahouter,

nos rconsoler, nos assister !

 

II.

 

Si nosse måjhon pout candjî d' mwaisse,

didins l' famile, k' ele si vinde, taiss !

Li ci k' î reve n' a d' keure do pris.

Si grand bouneur : k' ele soeye da lu.

 

Il î rvénrè totes ses vacances.

Si dame ossu, di preferince.

Et les efants s' vont amuzer

a l' tchere måjhon d' mon Calozet.

 

C' est å Sårtea, da, k' i s' ritire !

Tot plait åtoû. L' hôt bwès l' atire,

I voet Nåwinne, les tchamps pus lon,

et les tiers, et les prés dins l' fond.

 

On-z a rnetyî li bône-fontinne.

Paddins, padfoû, pus rén ki trinne.

Tins k' on craweye e vî pazea,

li foumire monte dizeu l' toetea.

 

Po on pierdou, ma fwè, ele rissieve

A s' riconoxhe. Z î fé l' golafe

ca, dilé l' bwès, tchance k' il årè

l' ouxh mierlådje di frisse cåbaret.

 

Li for riçût tåtes et råbosses.

Po do laecea, li gade brostêye.

Gn a poeres et biokes po s' ragoster,

ampones, frambåjhes k' on-z a kenté.

 

Si l' air shofele frexheure a l' vite,

ki do gurzea toke et rispite,

c' est po k' on s' tegne e cwén do feu

schoûtant l' hoûlaedje des bwès padzeu.

 

A l' viye måjhon, vci, wai, k' on rtrove

ene viye longue pire pus tchire k' ene nouve.

Bône di limite, taeyeye d' ene clé,

ele fwait coirnêye, la, e volé.

 

On-z a deus côps do pwin sol plantche.

Ça fwait tant d' bén cwand on s' ricandje,

k' a ses sapéns, on dvént bokion.

C' est po scoter del rasse d' accion !

 

Pus råle, pinse dju, Djôzef va scrire.

Pôreut vali k' djel poye co lére !

Ç' n' est nén assez d' ses troes romans.

Ki l' Bon Diu l' aide, feme ey efants.


P.J. DOSIMONT, e moes d' setimbe 1935, divins : Dins "Cayé 3" ricopyî pa L. Baidjot (mwaisses copeyes di Vresse)

 Mwaisse modêye (avou ratournaedje e francès des prumîs hagnons)


Li boune cinsresse

 

Li vesprêye passe, li dinrêe si disbleye,

Ca ele sont foites et solides so leus rins.

S'ele sont rlatêyes, c' est nén bén k' on-z è lèye :

Ele dårrént co. Dins l' aireure, ele tådjrént,

Mins, ås coûtès shijhes, i gn è dmeure, do trîxhnaedje,

Aidî a tot, rilaver et schover.

Li boune cinsresse hagnrè co dins s' coraedje

Po k' el påye ringne et l' contintmint avou.

" Waitîz, dit-st ele, voci, dji so drenêye

Dj' a tot a fé, tins k'on-z est evoye tertos,

Dji frans l' cok, di botayes et d' dorêyes

Et vos tchantroz : "C' est co nos les mî d' tos "


 Mwaisse modêye (avou ratournaedje e francès)


So les braijhes

 

Li laecea boût e pacawe

Cwand gn a des côpons k' i våye

Et k' les braijhes lurtièt bin roed

S' l' air qui mousse foû del shoflete

 

Hay, savoz, li laecea spite,

Mins k' n' î waitîz pus vite

Si del crinme toume avå l' feu

Ma fwè, la, nolu n' l' a veu.

 

Li feme li mete, s' i lyi shonne

K' elle a l' tins divant k' i n' tronne.

S' ele tådje, ele lançrè li ratni

A s' schôdant l' mwin k' a tnou.

 

Tchôd modou po n' nén k' i toûne,

Ôtrumint, s' on s' è distoûne,

Il a divnou do stofé,

Mins k' il est bon insi trové.

 

S' gn a ôtès aleures asteure

Pa des stouves a moite tcholeur;

Covra trawé sins vey fond;

C' est mî l' pacawe ås tcherbons !

 

Dpoy k' i n' boût pus, on barbote

Conte li crinme ki fwait l' sote

So li stouve et l' anichter.

I fåt rxhorbi et greter !

 

A ! bounès djins, rifjhoz ene saye;

N' tchipotez pus vos viyès ferayes.

On clair feu d' coxhes, ça sufit

Cwand vs dvrîz l' fé e corti.

 

Ki l' pacawe soeyaxhe di fier,

U, s' les braijhes, ene djusse di tere,

Li laecea årè dpus d' gosse,

Åyoz sogne del dire partot.

 

Si vs crankyîz po l' foumire,

Shoflez l', c' est si ledjir !

Si, e laecea, spitron toumreut

Ni sondjîz nén k' il est d' trop.

 

C' est fén parey po les sennes

K' apoustrént co, ene a ene

Li laecea k' esteut si blanc !

L est meyeu e djaenixhant.

 

Ravivez on pô les braijhes

Rén k' po vey cwand l' bolant crexhe

Si, å pocawe, il est å rez

C' est ça mî k' vos l' gaidroz.

 

Tot covra k' vos vénrîz fote

Vos tromprè ; l' laecea passe houte

A s' schandi so on ptit feu,

I n' si ctape waire so li dzeu

 

Vos, Monsieu, u vos, Nosse dame,

Metoz vs la, astok del blame

Et s' båkez, savoz, d' tot près

Vs tirroz l' laecea cwand bourrè.


Dins "Cayé 1" ricopyî pa L. Baidjot (mwaisses copeyes di Vresse)

 Mwaisse modêye


Pourquoi écrire en wallon ?

Pocwè k' dji scrî e walon

Dji n' so k' èn ovrî. Kimint ça m' a-t i vnou di scrire e walon ?

Dji tén ç' marote la di m' pere - ki l' Bon Diu åye si åme -, et d' troes professeurs di m' kinoxhance ki dj' cite pus lon.

Tins d' mi fene djonnesse, popa cwereut a fé on bon scolî di s' nicdouye di valet, pus argayon k' ôte tchoi. Lu k' aveut stî disk' a dpus d' vint ans dins les scoles di Nameur, a l' Atenêye et amon les Peres Djezwites, ebén, i recitéve d' on trait des longs powinmes et conoxheut l' istwere. C' esteut plaijhi di l' ôre lére totès belès pådjes des grands oteurs, avou l' idêye di m' dimådrer. Vs sintoz bén !

Douwè lu-minme, il a volou sôrti di scole et aprinde li mestî di s' pere et di s' fré, on rude mestî, alez, ki l' ci d' tonlî adon ! Et i s' a vnou eterer a Årvaye, on ptit viyaedje del deure Årdene. I s' plaijheut bén avou ls ovrîs et i m' dijheut todi k' i n' rigretéve rén d' Nameur et k' il esteut contin di s' sôr. Ebén, mi ossu, dj' evoye les scoles ås cénk cint meye diales, mi djheu dj', po m' continter ossu d' nosse mestî.

Popa inméve di cåzer s' walon. I tchantéve voltî les bokets des oteurs did pa låvå. I nd esteut fir.

Dj' aveu passé swessante ans cwand dj' a don sayî di scrire li walon d' Årvaye. Dj' a yeu, po m' disgroxhi, li tchance di trover on professeur, d' Årvaye lu ossu, ki m' a-st aprins bråmint a scrire et a m' fé comprinde des ôtes. ! I faleut ça po n' nén trop fé rire di mi des cis ki sont pwinteus s' les regues.

Mins vla, wai, k' les ecoraedjmints mi vnèt did partot, des ci k' ont fwait totes leus scoles et des ôtes. I m' fåt citer voci les nos da Monsieu Bauvir, professeur a Virton, da Monsieu J. Calozet, prefet d' l' Atenêye di Nameur, li fén oteur walon bén cnoxhou, et d' Monsieu J. Haust, li savant professeur del Univiersité d' Lidje. C' est mes mwaisses, zels, et dji les rmerceye voci, tot lzî tirant m' tchapea des dimegnes bén bas. Il ont prins li vedje po m' sicoryî di n' les nén todi bén schoûter.

Dji rmerceye tos les cis ki m' ont aidî dins m' travay di rcweri les vîs mots, dispoy Joseph Toussaint disk' a des missionaires do Congo. C' est vs dire k' i gn a bråmint k' ont poûssî al rowe po monter ene deure gritchete. Ca c' est målåjhey di rtrover des viyès afwaires k' on direut bén racafôrêyes dins les rantoeles do gurnî et co pus télmint arokêyes ! Dj' a bråmint corou et co travayî po scrire les vîs mots, les peurs dictons.

D' aveur lontins ovré dins les bwès, ås tchamps, dins les atulîs. Ça m' a co aidî, afaiti. Monsieu Haust, lu, a l' toû di disterer les vîs mots ki sourdèt d' ene tiesse come trukes foû d' tere. Al plaece du cråwe po råyî, il a vnou kékes côps dlé mi avou ene kiriyele di kessions et i nos a falou nos mwints po n' î responde k' a mitan !

I n' è faleut nén dpus po m' ebaler, da, mi, a mete mes berikes et tni ene plome avou on betch po rcaler les rtrovés mots s' do papî !


Pierre-Joseph Dosimont, divins: L' Årdene fouyowe, Imprimerie Duchêne, Libin, 1944


Poème avec vers très courts.

L' Årdene sobrikêye.

Dans les documents wallons du regretté Charles Delaite figurent plusieurs manuscrits de Pierre-Joseph Dosimont dont un recueil intitulé " L' Ârdène sobrikée " où il rassemble les textes sur Arville et les villages voisins.Voici un poème à vers très courts, qui, cette fois, peut justifier le style elliptique classique de Dosimont.

I.

So

Årvaye

Ki s' rewoeye, (rèvaye)

Nolu d' pressé

Po faleur låmer.

Si bén al cadje,

On somadje

Tot brut

Djus

 

II.

Tchante

Coucou,

Vole partot. (partout)

Fåt k' on t' schoûte

Tins k' Lorci s' alourdeye (aloûde)

S' l' orire do bwès

Ås beas moes

T' end estchantes

Cwantes ?

 

III.

Dins

L' gros Bork,

On-z î broke.

Li muzike va.

C' est li Pintcosse, la.

Al grande eglijhe

K' " Ave " s' deye ! (dîje)

Perlin,

Vén !

 

IV.

Noer

Coirbå

D' Atrivå,

Si t' dis co " cwåk "

So Pire, so Djåke,

I vont l' lever

Et s' såver.

T' as toirt;

Doime ! (Dwar)

 

V.

Plins

Libin

Di s' mehin.

Ti voes çki s' passe

Onk k' î vout prinde plaece

Trop matineus

Et tot seu,

On bawe

" Waw ".

 

VI.

L' pé

C' est Smu.

N' î passe pus

Cwand gn a del nive

La, ôte tchoi k' ene five

Ki vs atrapez.

Si vs schapez

Abeye ! (abîe)

Rî !

 

VII.

Fåt

K' on saye

Veskuvaye.

Mins cwè gn a-t i

Ki våreut d' esse dit ?

Ci pôreut esse

Pete u vesse

Disk' ås

Brås

 

VIII.

Laid

Mirwå;

Tiesses di tchvås;

Bea tchestea d' sires,

L' aiwe åtoû, i s' mire.

Viyaedje foirt haitî.

Bons cortis

Dou serîz

Mî ?

 

IX.

S' frè

K' Nåwinne

Årè pronnes, (prin.nes)

Poeres, pemes ditrop.

Insi, gn è gåtreut. (gâtrot)

Vea, çk' on t' evoye,

Spotche et s' broye.

Poeré (pwarè)

Serè.

 

X.

Gåre

a Pwès

Si scawé !

Å fond des tiers,

C' est mo lon, l' ivier.

Li bea solea

Dins l' trô l' lait.

Ronflård

Båre.

 

Esplikêyes:

Les traits suivants des villages, déjà évoqués dans d'autres textes, se retrouvent ici en style éclair.

Arville : Blason populaire (B.P.) : Lumçon, d'où réputation de lenteur; Lorcy : B.P. Coucou; village exposé sur le flanc sud d'une colline; suggestion du chant du coucou agréable au printemps (ici, opinion favorable sur Lorcy); Saint-Hubert : ici, ambiance des festivités de la Pentecôte; Hatrival comme dans les autres textes, les Cwarbås (B.P. d'Hatrival) sont dépeints sous de sombres couleurs : médisants, inhospitaliers; Libin (B.P. les tchins) même caractère inhospitalier; on n'accueille pas le voyageur le matin; Smuid, village difficilement accessible en hiver. PJ Dosimont avait une voiture, et s'est probablement embourbé à Smuid, en rentrant à Arville après avoir passé quelques jours d'écriture chez les Delaite à Redu. Après cette mésaventure, il lui arrivait de rentrer a pî pås bwès; Vesqueville : village anonyme (même pas de B.P. !); Mirwart (B.P. les tiesses di tchvå) est présenté ici comme un petit Versailles; Awenne (B.P. les vês) caractérisé par la production de sirop de Liège (décrit par Calozet : Pitit d' mon les Matantes P. 94-96); Poix-Saint-Hubert : sa gare de chemin de fer, sa position défavorable au fond d'une vallée très encaissée.

Grammaire : notez la locution conjonctive et s' [et] bien présente aussi à Awenne (Note de J.Haust dans o payis des sabotîs p.135). Spotche et s' broye !

Structure relevée également à Transinne Mougne et s' tu tais (Ene bauke p.47, p.340). Structure très présente en littérature est-wallonne classique : I brait d' èn ouy et reye-t i d' l' ôte.


P. Djôzef Docimont, divins Papîscrît des Årtchives di l' Estat å Bork (Sint-Houbert); riscrît et splitchî pa L. Mahin, divins: Lu Rasgoutadje des Bassårdinreces. l° 24, 1997.


Pocwè tant scrire ?

 

Vla ene kession. Ele mi trifouye.

N' so dj' nén traité d' bêtård et d' fô ?

Mins gn a todi åk ki grabouye.

Por mi, dji m' sint béntoit raclôs.

 

Di vla cint-z ans, dji vôreu vey

Çou k' åreut scrît on vî d' adon

Est çki l' patwès dimeure parey ?

C' est ene råjhon d' è cweri l' fond

 

Si dj' rescontere on camaeråde.

I m' dit " v-z è ci co on bea, d' mot

Marke lu bén vite, met l' a parexhe.

Les djonnes sitroupièt totafwait.

 

Et mi, l' croyon al mwin, dji broke

Dji l' fôre al lene. I l' ebelit

Parey k' ene poye k' on rmete a djok

On pôve laid mvé si rfwait å lét.

 

Po rmijhî tant, il è fåt, des pådjes

L' patwès si ritche ! Ké tas d' foyous !

Mots rmemorés. Fåreut esse låtche

Di n' nén les rinde firmint voeyous

 

Po s' vey voltî, dire li doûceur,

Trovrîz bén mî k' " amidjoler " ?

Po " mareder ", ki l' patwès dmeure.

Pont d' langue n' a-st on mot po l' tradure.

 

Dj' a scrît del prôze, xhîlteas, powinmes

Tchansons, des sinnes. Est ç' vrai k' c' est dtrop,

Po radjoker les mots k' on-z inme

Et tant des spots k' on-z è laireut ? (lêrot)

 

" Dicwè nd årèss, di totes tes rimes ? "

K' onk dit. " Pocwè scrire e patwès ? "

" O di-dj' dji n' sai nén bén l' cwantrinme

Ki flantche. Mins ds ôtes m' î poussèt roed.

 

Dji so l' vî ome ki plante et seme.

Dji n' tuze nén ddja si dj' è rcoltrè

des fleurs. Pol frut, c' est esse aprume.

Pont d' dotance ki (måy) dji n' è croxhrè.

 

Come les djonnes ki l' walon passione,

-- Des vraiys savants ki l' renairèt --,

Dji schoûte ossu li clotche ki soune.

E leus rcwerreyes, dji m' a herè.

 

I gn a des djhaedjes, des façons d' dire

Ki sont si beas, variant d' canton !

Mî k' ça ! Tchaeke viyaedje a s' ton a shure

Totes les tourneures, pinse dju, i ls ont.

 

Mi, çki dji scrî vént do travay.

Djonnesse, hêchiaedjes riboutèt, plaijhants

Ni pou dj' nén vos l' ridire, sabay,

L' bon vî walon redjowixhant ?

 

Scrire po lu-minme, c' est ddja mo åk.

Insi dji m' rivoe co tot ptit

Dilé l' poirtike, et, keukeur Djåke.

Co tote mi veye, dji caweye ci.

 

Mes ptits efants m' liront pus tård

Etot scrijhant, çki dj' sondje a zels !

Dj' elzî di k' c' est bon d' wangnî des cwårs.

Li tot est d' shure li bon pazea.

 

Dji scrî : tchers fis, åyoz confiyince.

Soeyoz djoyeus, bons travayeus.

Aidîs del Divene Providince,

Dins vos asprouves, vs seroz coraedjeus.

 

S' vos m' voeyoz rire dins mes scrijhaedjes,

C' est k' li gaiyté nos fwait grand bén.

I n' è fåt fé k' on bon uzaedje,

Bani tot çki l' Bon Diu disfind.

 

Si dj' a catyî li powezeye,

Ci n' åreut seu esse k' èn oyon.

Et ça n' si pleut k' al fén d' mi veye :

Ene deure d' ovrî, pal court et l' long.

 

Gn a vnou des mwaisses et des aidances.

I m' ont serè binapropôs.

Dji tén k' ç' a stî ene fameuse tchance

Po les rmerciyî, djel clame bén hôt.

 

Ma fwè, kî n' si plait nén a m' lére,

K' i s' ritape so des pus féns k' mi,

S' des Årdinwès, sins mete bårire.

Tot bon scrijhaedje nos rind amisses.

 

L' Årdene trinnéve pol vî lingaedje

Et rén n' mankéve po fé l' livea

A l' fé rviker, alez, k' on haetche.

Firs come a Lidje et pa låvå.

 

Commentaires:

Remettre ce texte dans le contexte des années 1935. Haust venait de lancer ses enquêtes dialectales et avait rencontré Dosimont. Il avait insisté sur la nécessité de préserver l'accent de chaque village, idée qui a bien imprégné Dosimont. Néanmoins, la doctrine d'alors ne poussait pas au refus d'emprunt à tout le patrimoine wallon, avec éventuellement réadaptation (totes les tourneures, pinse dju, i ls ont). Il semble donc que ce sont les disciples de Haust, dans le seul souci autocentrique de leur recherche sémantiques (cfr. tchèron-tchertî PALW n°3), qui ont " défendu " ultérieurement les emprunts et adaptations. Voir également mon expérience sur la question, très parallèle à celle de Dosimont dans Singuliers 1993, 2, 13-16 et 3, 13-19. Il m'a fallu une dizaine d'années pour me libérer psychologiquement de ce carcan. Notons également le but premier des écrits de Dosimont: remettre des mots retrouvés dans des textes littéraires (on pôve laid mvét si rfwait e lét). J'avais également ce souci dans mes premiers textes (In mot scrît / èt k'est lî / I rprind vîe, Singuliers op. cit.). On comprend alors le style elliptique de Dosimont, en sachant qu'il a écrit en moyenne un texte par jour pendant 20 ans (7200 textes). Notons les " fautes " classiques de la " génération 48 ". Il dénigre les jeunes qui parlent encore wallon (les djonnes sitroupièt ttafwait), mais, quand il s'agit de ses propres petits-enfants, ses recommandations sont d'ordre moral (shure li bon pazea), et non de conserver la langue wallonne vivante en la parlant. C'est déjà là le principe de " momification " de la langue, qui sera écrit noir sur blanc par Piron.


P. J. Dosimont, e moes d' djulete 1937. divins: Vîs Papîs do Bork, fåde 2, cayî 39; p. 55. riscrît et espliké pa L. Mahin, divins: Lu Rasgoutadje des Bassårdinreces. l° 22, 1997.


Platnêye

 

Ça n' nos va nén co pår si må.

S' fwait tchir viker, dj' avans des trukes

Minme k' i vos front vite divni crås.

Dj' nos vons gueder po k' on nos rlouke.

 

Dj' è vons fôrer el påsse felmint;

Li miete pus tinre, pus fene galete.

Pont d' såce dins les mwairons, vormint

Dins li platnêye, end årè d' rawete.

 

Resploe

 

Tchantans, dj' ans des trukes tant k' i fåt;

I n' moussént ddja pus pal rayire;

Çki manke al gregne, li cåve lyi rvåt;

Dji vizrans d' près po les relére.

 

Tot l' bea por nos. S' frè k' les netions

Iront e passe et al brexhåde

Dispu l' cråxhou disk' å poyons

S' dårront s' leu pårt, di l' aveur tchôde.

 

Nozôtes, pinse dju, dj' årans des rosses,

Eyet l' dimegne, fritches et stouvêyes.

Po viker vîs, come les spirous,

Sins cråxhe ki cadore nosse gavêye.

 

Po s' rassapiner å ddjuner.

C' est l' resse des cûts rtchåfés al paile

Åjhey po nonne di ndè rcujhner

S' on dit al feme " L' minme gosta, rfwai l' "

 

Ås prés bén lon; e bwès, co dpus.

E plus des trukes tot spès el sope.

Pusk' i gn a waire d' ôte vives di vnous;

Cwate cûts å feu, l' cwisroû s' sitope.

 

Les viyès djins d' la septante ans

S' ont tant schapé d' minme vikereye

Cwand nos è pind å nez ostant

D' bon cour, assonrans nos trucreyes.

 


Pierre-Joseph Dosimont, 1942, divins: Papîscrîts wårdés ås Vîs Papîs do Bork [Documents manuscrits, Archives de l'Etat, Saint-Hubert]. Ricopyîs et rassonrés pa L. Mahin.


* Si des mots difficiles se présentent à vous sur ces pages, allez voir s'ils ne sont pas expliqués dans le Splitchant motî do walon (avec brève traduction française), ou dans le Wikipedia, l'encyclopédie en wallon (suivez: "Pordjet Esplicant Motî") ou encore sur le "Wiccionaire".


 (Index des sujets traités en wallon unifié) Djivêye des sudjets diswalpés e rfondou walon.

 (Index des auteurs dont les textes sont disponibles en wallon commun) Djivêye des scrijheus k' ont scrît u k' ont stî rashious e rfondou walon.

 (Back textes en wallon commun) Erdalans sol pådje des scrijhaedjes e rfondou walon.

(Back homepage) Alans rzè el mwaisse-pådje

(homepage wallon commun) Alans rzè eviè l' pådje moennrece do rfondou walon.


Sicrijhaedjes eplaidîs so les fyis avou l' åjhmince des zwers do scrijheu. Sacwants bokets scrîts tot notant des accints do walon polèt aveur sitî ene miete rassonrés po poleur shuve pus åjheymint les mwaissès rîles do rfondou walon.


Édition en ligne explicitement autorisée par la famille de l'auteur. Certains textes, écrits d'abord en régiolectes, peuvent avoir subi des modifications mineures pour faciliter leur insertion dans le projet d'orthographe wallonne unifiée.