Nouvelle policière de Jacques Desmet

(Novele policire da Djåke Desmete)

 dierin rapontiaedje - last update: 2011-09-30

Dressêye:

Li novele rimetowe e rfondou

Mwaisse modêye

Vicåreye do scrijheu


Moudes a Wayindje



Prumire lete

(Ene lete sicrîte pa on n' sait kî, on moes divant l' paskeye, a ene djin ki s' lome Marcele et ki dmeure mon les Walons del Wisconsene)

Marcele,

Ça fwait ttaleure vint-cénk ans ki dji n’ doime pus. Vint-cénk ans k’ dj’ a peu di mi rtrover tot seu totes les nutes. Vint-cénk ans ki dji n’ oize pus mi rwaitî dins m’ muroe. Fåt ki dj’ vos l’ deye. Vos m’ pudroz on dierin côp po on schita, mins dji n’ a nén l’ coraedje do siner m’ lete. C’ est ådzeu d’ mes foices.

Cisse lete la fourit-st evoyeye a l' adresse:

Madame Marcele Vandertie

Wallstreet (rowe des Walons), 32

Nameur-el-Wisconsene

Estats Unis d’ Amerike

On moes pus tård

(Djan et Djulia, detectives e condjîs, voeynut on moude divant leus ouys)

« Djan, twè, ti sondjes co a ti ovraedje, hin ! »

« Mins nonna, Djulia  »

« I m’ shonnéve ki nos esténs vnous vaici po nos rpoizer ! »

« Nonna, n’ åye nén peu ! Djusse sondjî a André, ki ns avans leyî tot seu a l’ adjince.   »

« Ratin ! Schoûte ! »

« Å scour ! Å scour ! Non ! Nén ça ! »

Paw !

« Djan ! Non ! N’ î va nén ! Ratin m’ ! Ti n’ as nén ddja t’ revolver ! »

Dji m’ aveu metou a cori. D’ å lon, nos avéns tot veyou. Ça n’ est nén possibe ! I l’ a touwé ! Sins rnicter ! Cåzu dzo nos ouys, et l’ bôrer po k’ ele tcheye dins l’ schavêye. Èn ome, des longs poys tot brunes ! I coreut tot l’ long del chavêye, zouplant d’ on bouxhon a l’ ôte, po-z ariver a l’ intrêye do bwès d’ Wayindje. Li diale ! Dji nel voeyeu pus ! Sins m’ revolver, a l’ coine d’ on bwès k’ i conoxheut seur meyeu k’ mi. Fåt ki dji m’ è dmefeye. Li tins d’ mi rtourner

Paw !

« Djan ! Ça va ? »

 

Ouxh ! Ça n’ pout esse k’ èn adviertixhmint. Si près k’ ça, i m’ åreut volou touwer, dji sereu ddja stindou dins les clåves.

« Djan, vos n’ av rén ? »

« Non, rén, tot djusse couyoné la ! Il a djouwé avou mi come on tchet avou ene soris. »

« Schoûte ! Ene oto ! »

« C’ est seur lu, da ! »

--------------

Vola k’ ça aléve co ricmincî ! Nén co ene dimeye djournêye di condjî, et nos î esténs ddja rtchai. Todi les minmès afwaires ! A croere ke l’ diale s’ è meléve co ! Djan esteut pinsioné del djindåmreye. Trop djonne po dmorer a rén, il aveut drovou ene adjince di detective a Brussele avou on soçon del police come lu. Vla ddja sacwantès anêyes ki nos esténs eshonne. Dji lyi sierveu d’ sicretaire po rçure les djins et responde å téléfone. Et, si dji n’ l’ åreu nén veyou voltî, dji vs åro bén dit ki dj’ lyi sierveu cåzu d’ meskene a l’ måjhone ossë. Mins ça, ça sereut dire des mintes. Djel voeyeu vraiymint voltî, minme s’ il aveut dijh ans dpus k’ mi.

I m’ a fwait telefoner a l’ police so m’ GSM. Tins k’ nos ratindéns, sins rén toutchî, dji sondjive a l’ ratourneure ki nos tcheyeut co so l’ cazake.

On s’ aveut dit : vla des anêyes k’ on boute, André frè bén tot seu ene samwinne, on s’ pôreut bén rpoizer sacwants djoûs. Djan aveut coplé : on pôreut on côp eraler dins m’ påyis ; c’ est on si bea viyaedje. Gobtindje, avou ses måjhones di blankès pires ; li Såt, avou ses stindêyes di tere di coûteure, les grandès cinses : leus belès pires et leus longuès rodjès brikes espagnoles, li rivaedje, li cinse del

« Signeurreye »

astok a l’ eglijhe et totes les pormoennådes åd triviè les hameas, disk’ å bwès d’ sapéns so les dzeu d’ Måjhone-des-Bwès. Nos irans co vey li cinse di Wayindje.

Epwis, dj’ è pôreu profiter po vos prezinter a tote mi famile k’ est co låvå. Fene binåjhe, ki dj’ esteu !

(Prumire resconte des detectives avou les djindåres)

Les djindåres estént arivés.

« Vos estoz detectives ! Et vos m’ alez fé croere ki vos n’ avoz rén a vey avou l’ moirt di cisse djin la ! »

« On a djusse veyou avou nos ouys, comissaire ! »

« Dispoy cwand estoz la ? »

« D’ å matén, on aveut håsse d’ aler vey tot çki Djulos Beaucarne aveut monté a l’ cinse di Wayindje divant do rinde vizite a l’ famile a l’ vesprêye, tot fjhant ene pitite pormoennåde dins les campagnes. »

« Ou lodjîz ? »

« Dilé l’ Merance mon l’ Cwè : « Otel del plaece. »

« Bon, dji n’ vos vou nén vey bodjî d’ ene pate sins k’ dji n’ vos dene mi va-tot. Vos vénroz fé vosse depozucion a l’ police po dmwin dijh eures et dmêye. Vos ploz nd aler ! »

(Prumîs tuzaedjes sol moudreu(se))

Tot-z eralant a « Mon l’ Cwè »

« I n’ sont waire avnants vaici. On n’ elzî a nén aprins a esse siervåve, a li scole del police ? »

« Ba ! I fwait s’ mestî, hin, l’ ome. »

« Bén adon, dj’ endè conoxhe, mi, des banses di mestîs, bråmint pus målåjhey ki ci-la ! C’ est nén po ça k’ on doet grignî des dints et rschonner a ene lime a fier ! »

« Um ! Vos n’ avoz rén veyou d’ contraire, n’ a rén ki vos tracasse ? »

« Cwè, avou l’ comissaire ? »

« O, nonna, ci-la, vos l’ ploz leyî po çk’ il est. Avou l’ touweu ? »

« Dji n’ a nén yeu l’ tins do bén rawaitî, djusse èn ome ki coreut, dj’ esteu trop lon erî. »

« Mi, dji n’ l’ a veyou k’ ene dimeye segonde, djusse divant k’ i n’ saetche. Mins, i s’ a passé ene sacwè. Dj’ a croejhlé ses ouys. I m’ shonne k’ il a tårdjî. Dji wadjreu bén k’ i m’ a rconoxhou ! Dji direu minme k’ ele m’ a rmetou !  »

« Cwè ?! Ça sereut ene comere ?! »

« Pocwè nén ? N’ a nén k’ les omes po touwer les djins ! C’ est cwand dj’ a croejhlé ses ouys, ene dimeye sigonde... i m’ a shonné k’ c’ esteut ene feme. »

(Rintrêye amon Merance a meynute meyzeure)

« Bon, vla k’ on a l’ ouxh di bwès, asteure ! C’ est ddja rseré, vaici ! »

Drign ! Drign ! Drign !

« Nos avans stî disvoyî, madame Merance. »

« Nén tant k’ mi ! Si vos vloz rintrer a totes les eures, mel fårè dire ; dji vs dinrè l’ clé. C’ est i nén possibe ! Fåt k’ on doime, don ! nozôtes. C’ est nén ene vicåreye, hin, ça, s’ i fåt k’ on s’ rileve a totes les eures po do mås elevés come vos ! On s’ côpe e cwate po vos fé plaijhi, et dmwin, si vosse didjuné n’ est nén so l’ tåve cwand vos bacroz do lét, vos seroz co les prumîs a rouscayî ! »

On nd a nén sepou plaecî ene !

Tos les deus, eshonne:

« Bounnute cwand minme, savoz, nosse dame ! »

Li leddimwin å matén

(Didjune ey escuzes)

« Intrez, facteur ! Ene pitite djate ? »

« C’ est nén di rfus, Merance. Ey adon, comint est i ? »

« Kî ça ? »

« Bén l’ detective, la ! »

« Rén a dire, comifåt. Atincion, vo l’ la ! »

« Bondjoû, madame Merance ! »

« Bondjoû, monsieu Djan ! Dji vos sieve del tizane ou do cafè ? »

« Les deus, madame Merance, si vos vloz bén »

« Fåt nén m’ è vleur po l’ nute passêye, savoz, monsieur Djan. Dji n’ saveu nén kî çki vs estîz, et pwis, mi, cwand dji n’ a nén totes mes eures, la ! Vos m’ compurdoz, don ! »

(Mançaedjes do docteur Grenier)

L’ ouxh s’ a tapé å lådje...

« Ewou est i, ç’ monsieu Djan, la ? Paret k’ c’ est vaici k’ il a trové a s’ lodjî ? »

« Bén, c’ est mi ! »

« A ! c’ est vos ! Et bén dji m’ vos va dire ene sacwè, schoûtez m’ bén : vos n’ avoz rén a vey dins çou ki vént di s’ passer a Wayindje. Dji n’ vou nén k’ onk ki n’ est nén did ci, vegne fougnter dins les vicåreyes di nos djins. Mi, dji m’ fiye a l’ comissaire. Dji n’ a pont d’ fiyåte a des djins come vos, monsieu ! Ene vraiye charogne, ki vs estoz, a fé des cwårs so les disbåtchances des djins. Si vos avoz veyou ene sacwè, dijhoz l’ a l’ police, et leyîz les ptitès djins trankiles. Dji n’ vos di nén bondjoû ! »

Et l’ ouxh si rclape totsu rade k’ i s’ a drovou.

« Ebén, ci-la ! Kî est ç’ , madame Merance ? »

« C’ est l’ docteur Grenier. Comint dire ? C’ est lu... k’ esteut aclapé avou Rita... dji vou dire avou l’ comere ki vos avoz rtrové moite a Wayindje. Il est ene miete a pårt, la, mins dji n’ l’ a djamåy veyou efoufyî come ça ! »

« La lontins k’ il estént eshonne ? »

« Dispoy ene cope d’ anêyes ! Ça m’ a todi sbaré, paski l’ Rita, la, ele coreut pa totes les voyes ! Les omes, elle end esteut rade nåjheye. Et lu, disk’ adon, dji n’ lyi aveu djamåy conoxhou k’ des femes di passaedje ! »

(Pormoennåde å matén: condjîs u nén condjîs ?)

E ratindant l’ eure po-z aler a l’ police, nos nos avans stî pormoenner so l’ tchapele d’ å martchî.

« Ey adon ? »

« Adon, rén. Nos estans e condjîs. On n’ a rén a vey avou tot ça ! »

« Mins, ça t’ travaye cwand minme ! »

« Bén c’ est normå, hin ! L’ åbitude. C’ est nosse mesti ! Mins dji n’ mi rin nén todi conte di çou ki m’ tracasse li dpus : des airs del touweu, oudon-bén, des airs del medcén ! »

« Dji voe k’ t’ as stî rcweri t’ pupe. Ti m’ aveus prometou... »

« Bon ! Ça va. On nd est cåzrè pus tård. Ça va esse l’ eure, ni fjhans nén co ratinde l’ ôte apostrofe ! »

(Fonse Braibant eyet s' fi Bådwin)

Å minme moumint, adlé l’ Braibant - « Ets Braibant : tot po l’ bastimint, del cåve disk’ å sômî ! »-

« Vos nd alez, Bådwin ? »

« Bén, vos l’ savoz bén, don, pa. Dj’ a radjoû avou l’ Delgofe a l’ banke, po nosse dimande po-z awè des cwårs. »

« A, c’ est l’ vraiy. Mins, n’ aveut i nén moyén do cåzer d’ ça vaici ? »

« Bén non, vos l’ conoxhoz bén, don. I lyi fåt todi sacwantès botayes di vén divant d’ ataker, hin, lu ! Dji trove k’ i nos rvént ddja bén tchir, po çk’ i nos pôreut rapoirter. Dji prin l’ camionete, don ! »

« Cwè çki t’ as ? I m’ shonne ki t’ es ddja bén a tchvå tot timpe, va ! »

« Nonna ! Rén ki våye les poennes ! Dji rinterrè a l’ vesprêye ! »

(Bådwin Braibant discovere li moirt da Rita)

Divant d’ s’ achide dins si oto, Bådwin a rsaetchî l’ gazete di dzo s’ bresse : a l’ prumire pådje, ene foto :

« C’ est nén possibe ! Rita ! Dji n’ comprin nén. Dji m’ va dispierter ! Mins pocwè, leye ? »

(Depôzucion des detectives al police)

A l’ police.

« Tinoz, vos avoz ene otorizåcion do poirter on revolver. Mel voloz bén mostrer ? »

« Bén nonna, dji vs l’ a ddja dit, nos estans e condjî, dji l’ a leyî a Brussele. »

« Bon, nos irans vey çou k' i nd è rtoûne ! Et l’ oto k’ a peté evoye ? Cwè çki c’ esteut come marke ? »

« Dji n’ vos l’ såreu dire ! I cmincive a fé brune, i n’ aveut bén ene cintinne di metes ! »

« Bon, on n’ a trové nolu po-z acertiner tot çki vos nos djhoz aveur veyou ou etindou. Adon, metoz vs a m’ plaece, vos, on detective ! Ça s’ pôreut bén k’ ça sereut vos ki m’ raconte des baloujhes et ki vs årîz emantchî ciste afwaire la, po catchî k’ c’ est vos, avou nosse dame, k’ ont touwé Rita ! »

(Bådwin Braibant si fwait ataker e-n oto)

Li camionete da Bådwin Braibant rôléve påjhirmint so l’ voye di Djodogne.

« Bén, il est fô moirt, mi-n ome ! I m’ cole å cou dispoy ki dj’ a demaré. »

« Vla k’ i m’ vout dispasser, asteure ! »

Blam !

« Mins, il est roed berzingue ! »

Riblam !

« I m’ va fote e schavea ! »

L’ oto a triviersé l’ voye, atrapé on piket d’ cloteure, råyî les fis d’ årca, berôlé so l’ costé et rtchaire so s’ toet, ployeye e deus åtoû d’ on pemî.

« Abeye, rissaetchî m’ cinteure ! »

Èn ome, avou ene cazake di bedot, des grands brunes poys, a zouplé foû d’ l’ ôte oto, on revolver dins ses mwins. Il a radmint corou disk’ a l’ oto da Braibant, epwis : Paw !

(Djan telefone a s' copleu André dimoré a leu buro d' detectives a Brussele)

« Vla k’ i pinse ki c’ est nos deus k’ ont touwé l’ comere ! »

« I n’ pinse nén on mot di çk’ i raconte ! Il edvinte des faloûtes po waitî do sawè l’ vraiy. I sondje surmint ki nos catchans ene sacwè, et k’ on sereut maxhî a tot ça !  »

« Atådje ! Ene pitite sacwè a regler. »

« Alo ? André ? »

« Oyi, c’ est bén mi ! »

« Schoûte mu bén : les gableus vont sins manke ti vni vey, azår a m’ revolver. »

« I n’ sont nén sins manke la ; i sont la ! »

« ... »

« Oyi, oyi... Non, il est bén la, e l’ plaece ki tel mete dåbitude. Dayeur, i l' ont constaté. »

« ... »

« Ki dji vos våye ritrover ? Pont d’ problinme. Vaici, i fwait coe. Tot çk’ i n a d’ pus coe. A ttaleure dabôrd ! Dji serè la a l’ vesprêye. »

(On rtrove l' oto då fi Braibant)

Dins l’ cwårt d’ eure shûvant, èn ome a rtrové l’ oto åtou d’ l’ åbe.

« Mon Diu ! I s’ a distrûlé on fameus côp, ci-la ! I doet co esse padzo !

Do sonk ! Persone !

Våreut mia ki dj’ telefonreu ås djindåres ! »

(Nos soçons detectives rinternut a l' otel)

E sôrtixhant di dlé l’ comissaire : wiaw ! wiaw ! Les hoûlmints des sirinnes rinondént dissu l’ plaece.

« Tén, vs la co seur ôte tchoi, waite, asteure ! Vos vloz k’ on les shuve, Djan ? »

« Nonna, on va raler a Wayindje. On n’ a nén yeu l’ tins d’ aler disk’ a l’ cinse »

« C’ est ça ! Li voye est côpêye. Vla k’ on n’ si pout pus pormoenner, ene si bele coine ! Tot ça, a cåze d’ on moudreu ! »

« Rawaite les nûlêyes. Ça n’ mi sbarreut nén s’ on ramasreut on drache ! »

Nos esténs trimpés disk’ ås oxheas e racorant a l’ otel.

« A ! vo vs la, monsieu Djan ! C’ est nén trop timpe ! Li touweu a rataké ! Li fi Braibant : on a rtrové si oto tote camolowe, plinne di sonk, avou nolu eddins ! Si ç’ n’ est nén målureus ! On gamén k’ aveut tot dvant lu ! Fi tot seu. Et pèsant, ces djins la ! Vos vos end alez meler ?  »

« Dji n’ vos såreu dire, madame Merance! N’ a nouk ki nos l’ a dmandé, et les djindåres fijhnut bén leu-z ovraedje, don ! Vos vôrîz ki dji m’ end ocupe ? »

« Eu ! Non, non... Dji dmandéve ça po l’ tchambe la, mi! »

(On telefone a Djan: onk ki s' dit e dandjî)

Tot nos rsouwant onk l’ ôte après aveur prins nosse douche po nos rschandi.

« Elle est ttafwait seure ki c’ est l’ fi Braibant ! Ça n’ pôreut esse k’ èn acsidint. N’ a rén k’ asprouve li contraire, hin ! »

« Portant, por mi, c’ est seur lu ! »

« Cwè çki vs fwait dire ça ? »

« Merance est cåzu seure did ça ! Et tot l’ monde va sondjî come leye . Après l’ docteur Grenier, c’ est l’ Braibant : des djins did vaici ! »

Drign !drign !

On telefone s’ a metou a souner dins l’ måjhone.

« Alo ?... Oyi !... Po monsieu Djan ?... Dji m’ vos l’ va cweri ! »

« Oyi, Djan ? »

« Ça serè mi l’ troejhinme! Fåt ki dj’ vos cåze ! »

« Oyi... oyi... pocwè nén vaici ?... Bon !...Comint djhoz ? ... les « MB » ? Bon, come nos avans dit... Dji trovrè bén... Dji demare tot d’ shûte. »

Djan a rpassé pa l’ tchambe tot efoufyî.

« Kî çki c’ esteut ? »

« André n’ divreut pus tårdjî. Kéne eure est i ? »

« Bon, vos dmorez vaici ! Vos lyi esplicroz. Dj’ end a nén po lontins ! »

« Djan ! »

Clap !

« Les « MB », cwè çki ça vout dire ? La, k’ i m’ lai tote seule, a mitan miernowe, et peter evoye sins rén dire ! »

(Djan amon l' ome ki s' dit e dandjî)

« Vos sôrtixhoz, monsieur Djan ? Avoz ddja veyou çk’ i tchait ? »

Ene pitite cinse... èn ovroe astok, ça doet esse ça ! On grand « M.B. » so l’ werene. Tén ! l’ ouxh est craeyté !

« N a-t i ene sakî ? »

« Vos estoz monsieu Djan ? »

« C’ est vos ki vént di m’ telefoner ? »

« Intrez ! Vinoz par ci. Vinoz dins l’ plaece di drî. Nos årans pus åjhey po cåzer. »

...

« Vola, c’ est vaici ki dj’ boute. Cwand l’ ovraedje a l’ cinse m’ è lait l’ tins, dji rfwai des instrumints d’ muzike. Ça cråxhe ene miete nosse tårtene. »

« Vos vikez tot seu ? »

« Dj’ a evoyî m’ feme adlé ses parints a Nameur ; avou m’ crapåde.

...

Dj’ a rçû ça, dins m’ boesse ås letes, sins pont d’ timbe dissu... »

« Cwand ? »

« Ene tos les djoûs, li dierinne ådjourdu å matén. »

...

« Ele n’ ont nén stî sinêyes... »

Li sounete di l’ intrêye s’ a metou a xhilter : Drign ! Drign !

« Vos avoz l’ tins ene minute ? Djusse ene pratike ki vént rcweri si sacso. »

(L' istwere da Maria, al fén del guere di 40)

« Maria serè rvindjeye » C’ est tot çk’ i n’ aveut so les letes tapêyes a l’ machine.

« Ki est ç', ça, Maria ? »

« C’ est ene sacwè ki n’ est nén åjhey a rnåder foû d’ mi stoumak. »

« Vos avoz mostré tot ça ås djindåres ? »

« Non, djustumint. C’ est ene sacwè k’ on n’ raconte nén a ces djins la. »

« Pocwè ? »

« Vos n’ sårîz croere ! Braibant moenne li lisse, li meyeu metowe po wangnî les elecsions. I dvénrè seur mayeur del comene. I n’ a vormint nén dandjî ki ciste istwere la rimonte après vint-cénk ans. Asteure, kécfeye, k’ avou s’ gamén...? »

« Schoûtez, dji n’ comprin djusse rén a voste afwaire. Si vos cominçrîz pa l’ cominçmint ! »

« C’ est vos k’ a råjhon. Dji m’ vos va dire. Tot ça rmonte a la ddja dpus d’ vint ans...

A fén del guere, Yvan Grenier, Fonse Braibant et mi, nos avéns monté ene « Djazz Binde » come on djheut dins ç’ tins la. Les Amerikins avént rprins l’ plinne di Båvetchén ås Almands. Nos schoûténs leus muzikes et leus tchansons, do

« djazz »

, et tot l’ traeyin, la ! Tant k’ on s’ a dit k’ on freut bén ossu bén k’ zels. On a fwait sacwants bals di viyaedje. Il nos ont vnou vey. Tant k’ a fé k’ on a stî invité adlé zels, so l’ plinne. Tos les vinrdis et tos les sèmdis nos aléns djouwer po les sôdårs.

Bénrade ossë, deus crapådes del Brouhire, nos ont vnou copler : Maria et Marcele Belene. Maria a l’ guitåre, Marcele po tchanter. I n aveut cénk djonnès feyes dins cisse famile la, et tos leus nos comincént pa on M.

On aveut lomé nosse pitit orkesse les « Madjike Binde ». Mins, do moumint k’ les comeres ont-st arivé, on a candjî l’ no. Ça a divnou les « M.B. ». On n’ a pus rtini ki les deus prumirès letes di leu no, po lzî fé oneur et télmint k’ nos les voeyéns voltî. Ces deus letes la ont todi dmoré a m’ werene !

Mins c’ esteut d' Maria ki nos esténs tos les troes å pus fô onk ki l’ ôte. Elle aveut tot djusse saze ans.

Elle esteut si bele !... »

« Cwè çk’ a arivé avou leye ? »

« On djoû, on aveut djouwé a l’ cantene des oficîs, so l’ plinne, a l’ Brouhire. Marcele aveut ralé tot d’ shûte. Nos esténs dmorés tos les troes avou Maria, a schoûter des platenes avou les Amerikins. I nos ont siervou do wiski. Ça a vnou tot seu... On n’ sondjive nén a må... On a boevou... C’ esteut l’ fén del guere... »

(Rolofe est ataké)

Li ptite cloke ådzeu del poite d’ intrêye a ricmincî a bignter.

Drign ! Glign ! Glign !

« Vos vloz bén ki dj’ våye vey ? »

« Rotez ! »

Bawoum ! Klign ! Tlign ! Tzign !

« Cwè çki s’ passe ? K’ avoz ?

Dj’ a acorou dins l’ plaece. Monsieu Rolofe tcheyeut dins les clarinetes, les sacsos et les grossès caisses. On coutea å mitan di s’ dos !

(Djulia ascoye André ki mousse tot båyåd å mitan do djeu d' beyes)

Dji m’ a rabiyî a l’ varade, dischinde a l’ valêye. Merance esteut dins s’ contwer. André, astampé dvant leye.

« A ! André, vo t’ la ! C’ est nén trop tård ! Vén ! »

« Madame Merance, cwè est ç', ça « M.B. » ? »

« Mins ! Djulia ! Dji vén do bouter tote li djournêye, do fé l’ voye, dji so fén frèxh avou tote l’ aiwe ki tchait et dji vôreu bén rintrer mes lokes et mi rsouwer ene miete, O, la ! Cwè çki vos prind ? »

« Et cwè ? Ti m’ shûs ? »

« Bon ! Ça va ! Dj’ arive ! »

« Dji n’ voe nén voltî cwand Djan end eva come ça ! »

« On va lon ? Paski, mi, dji dgote, la ! »

« André, ti m' schoûtes ou cwè ! Dji t’ cåze di Djan ! »

« Et bén, mi nén ! Dji so hodé moirt, frexh come on canård. Dj’ a djusse håsse d’ ene boune djate di cafè et d’ on bon ptit vêre po mi rtchåfer ! »

« Ti m’ rawaites bén la, tes deus mwins dins tes potches ! »

« Eu ! Oyi ! Pocwè ? »

Baf !

« Ouxh ! Ça m’ va mia ! Ti m’ shûs, asteure ! »

« La ki dj’ tchai a poenne a l’&nbp;passete, ki dj’ so enaiwé come on tchabot et åd dizeu, dji rçû co des bafes ! »

« Schoûte ! Les ambulances et l’ police ! I vegnnut par ci ! C’ est la, waite ! C’ est la, c’ est cisse cinse la, ki madame Merance m’ a lomé. Dj’ a ètindou k’ André endè cåzéve å telefone ! »

« Porvou k’ Djan n’ åye nén rçû on mwais côp ! »

(Djan rikessioné pal police, diclåre k' i va intrer oficirmint dins l' inkete)

Les sogneus risserént leus ouxhs et rdemarer å pus roed.

Li police aveut arivêye e minme tins k’ zels.

« Cwè çk’ i vos a dit ? Pocwè a-t i dmandé a vos vey ? »

« On lyi aveut scrît k’ on s’ atacreut a lu. »

« Pocwè çk’ i n' nos a nén mostré ça, a nozôtes ! »

« Ça, dji n' è sai rén ! Dji pinséve k’ i l’ aveut fwait ! »

« Aveut i des dotes ? Vos end a-t i cåzé ? »

« Ça, dji n’ a nén yeu l’ tins d’ lyi dmander ! »

« Bon, monsieu Djan, vos m’ bôrez des crakes, la ! Dispoy ki vs estoz tchai, par azår – mins kén azår –, dins nosse pitite comene, so nén co ene djournêye, ça vos fwait : ene moite, èn ome k’ on n’ ritrove pus, et asteure, on dierin avou on coutea dins s’ dos ! Et vos m’ respondoz a dmey, et vos m’ dijhoz ki vos n’ avoz rén a vey avou tot ça ! Vos n’ parvénroz nén a m’ saetchî fou di m’ tiesse ki vos nd estoz. Didins, et bén ddins ! Vos racontrîz ça a on tchvå d’ bwès, i vos fote ene rouwåde ! »

« A ! Bén seur ! A tårdjî d’ asteure, dji so bén ddins ! »

« Cwè vloz dire ? »

« Cist ome la m’ a dmandé d’ l’ aidî ! On n’ a nén yeu l’ tins d’ siner on papî, mins l’ coutea k’ il a rçû dins s’ dos, et ki dj’ n’ a nén savou espaitchî, ça våt bén tos les contrats. Dji vs waeranti ki dj’ el ritrovrè, l’ touweu ! Bonswer, comissaire ! »

« Armand ! »

« Oyi, comissaire »

« Metoz m’ deus omes å cou di ci-la, et sins rlåtche, don ! »

Li troejhinme djoû

(Djan dispårtit l' ovraedje)

Li leddimwin tot timpe, on s’ a metou dins one coine a l’ otel po tuzer a tot ça : André, Djulia, et mi, tins k’ madame Merance lavéve ses veres a bire, et nos sierveut ene boune pitite blanke gote et ene grande djate di foirt cafè.

« Djulia, vos iroz trover l’ imprimeu d’ l’ « Eco del Djåce », et lyi dmander do rawaitî dins ses viyès gazetes did la a pô près vint-cénk ans. Vos î trovroz kécfeye bén ene sacwè ki s’ rapoite avou tot çki nos vicans ådjourdu. »

« Vos m’ purdoz po ene frumouxhe, cwè ? »

« Twè, André, ti véns avou mi. Nos irans trover l’ Braibant ! »

« Hê ! Et m’ djate di cafè ? »

« Vass å diale avou t’ djate di cafè ! Alez ! Dispaitche tu, l’ ovraedje ni ratind nén ! »

On n’ aveut nén co rôlé cint metes.

« I m’ shonne ki nos estans shûvous ! »

« T’ è fwai nén : c’ est seur li police. Dji sereu a l’ plaece del comissaire, dji freu l’ minme ! »

(Djulia splitche Merance)

Dji meteu mi cawé po nd aler.

« Madame Merance ! Dj’ a veyou ki vos nos schoûtîz, la ! Ki est ç’, Maria ? Cwè s' a-t i passé avou leye ? »

« Dji... Dji n’ vos såreu cwè dire å djusse... A ç’ tins la, dj’ esteu fème a djournêye vaici. C’ esteut l’ fén del guere. E plin esté, i n aveut toplin d’ djins. »

« Cwè s’ a-t i passé, madame Merance ? »

« Maria a stî rtrovêye moite, sipotcheye padzo ene djip dins les campagnes. Li police militaire s’ end a tcherdjî, mins on n’ a djamåy rén rtrové. Li brut a corou k’ ele aveut yeu des disbrouyes avou les Almands. Les rezistants grognént dedja so l’ famile. Il avént volou tonde ene di ses soûs. Vola, c’ est tot çki dj’ vos pou dire ! »

« Merci bråmint des côps, madame Merance ! »

« O, tot çki dj’ sai, tolmonde el sait, savoz ! »

(On rtrove li coir da Bådwin Braibant)

Li Djule mon l' Lådje, gåre di tchesse so les béns del cinse di Wayindje, bateut li campagne avou s’ tchén. Li biesse s’ a metou a aweler.

« Diane ! Diane ! T’ as trové ene sacwè ? Bråve tchén, va ! Ratådje, dj’ arive ! »

« A ! Mon Diu ! »

(Djan et André amon Fonse Braibant)

Les deus gableus a nosse cou, nos avans avoré adlè les buros del Braibant.

« Nos vôréns bén vey monsieur Braibant. »

« Vos savoz, avou s’ gamén ki n’ est nén rintré, i n’ vout vey nolu. »

« Tinoz, mostrez lyi ç’ papî ci. Nos ratindrans s’ response. »

...

« Il est d’ acoird po vos rçure ! »

« Cwè çki l’ Rolofe vos a raconté ? Cwè çki vs savoz so Maria ? I n’ fåt nén croere totes les biestreyes k’ il a dins s’ tiesse. Il a todi crevé d’ djalozreye so nosse famile. »

« Est çk' on vs a chagriné avou des letes ? »

« Oyi ! Dji m’ a bén biské so l’ momint, mins dj’ a metou ça so l’ conte d’ on djalot come dåbitude, et dj’ els a tapé evoye. »

« Est çki l’ nom da Maria esteut lomé ddins ? »

« Schoûtez, çou k’ on vos pôreut dire so l’ conte da Maria, tot l’ monde dins l’ viyaedje vos l' pout raconter : on l’ a rtrové dins l’ schavêye inte li Brouhire et Måjhone-do-Bwès. N a dpus d’ vint ans did ça ! »

« On a cåzé so les Boches, so l’ rezistance, les Amerikins. On a co cåzé d’ bwesson ossu ? »

« Ç’ est co l’ Rolofe ki vs a bôré ça ! Ça n’ est k’ des biestreye. Ça n’ a djamåy sitî asprouvé ! »

« N’ esteut ç’ nén vosse papa k’ esteut mayeur adon ? Monsieu Braibant ? »

« Dji n’ a pus rén a vos dire ! Pus asteure !... Mi feme est tote aflidjeye, avou tot çki nos tchai so l’ dos ! Fåt k’ dj’ el sotegne. Dji rtoûne adlé lèye. Å rvey !

On a bouxhî. Nos avans croejhlé l’ comissaire et l’ gåre di tchesse avou leus mwaijhès noveles.

(Djulia cwirt dins les viyès gazetes)

Å minme moumint, ås « Ecos del Djåce »

« Vos tnoz des copeyes di vos viyès gazetes, monsieu ? »

« Bén seur, madame, dispoy ki dj’ a rprins l’ imprimreye, et co m’ papa divant mi !, N a-t i ene sacwè ki vos vôrîz rtrover ? »

« Bén, ça s’ a passé a l’ fén del guere. »

« O ! Dj’ esteu trop djonne ! Vos poloz rawaitî dins ces dresses la ! »

« Vos estoz tot seu po travayî vaici ? »

« Vos savoz, nos n’ estans nén ene gazete ås canletes, a pårt les colons, li fotbal, les coûsses a velo, les etermints, nos n’ avans waire d’ ôtès noveles po nosse pitit viyaedje. S’ i n a ene sacwè d’ pus sbarant, c' est les grandès gazetes k’ evoynut leus grete-papî ! »

« Mins, po les touwés, les accidints et ... »

« Bén la, si ça continowe insi, po dmwin, nos årans on traeyin d’ tos les diales dins l’ viyaedje ! »

« A ! Vola !, dj’ a trové ! »

Li sounreye del telefone a rimpli tot l’ buro.

« Alo ! Åy ! Cwè ? Åy, dj’ arive tot d’ shûte ! Vos vnoz avou mi ? On a rtrové l’ fi Braibant a Wayindje. »

(Tuzaedjes sol moude do fi Braibant)

Dijh munutes pus tård, nos esténs so plaece. André et Djan avént shuvou les djindåres et l’ pere Braibant. Li gåre di tchesse, tot efoufyî, fijheut si litaneye a l’ comissaire.

Djan s’ a metou a reflechi tot hôt po nozôtes.

« Li touweu åreut dvou leyî l’ moirt dins si oto. Pocwè a-t i riské d’ l’ epoirter avou lu, del catchî, et del ramoenner vaici ? »

« Ç’ est ki ça vout dire ene sacwè, s' i l' a ramoenné vaici ! »

« Mi, dji sai bén pocwè ! C’ est vaici k' Maria a stî rtrovêye a l’ fén del guere. Dj’ a veyou l’ foto dins les viyès gazetes. C’ est djusse a cisse plaece ci. ! »

« T’ es bén seure did ça ? »

« Seure ! Dj’ a bén rawaitî l’ foto. Dins l’ fond, on voet l’ coine do bwès, et l’ intrêye del cinse. »

« Ça vôreut dire k’ ene saki vôreut rvindjî Maria, et k’ i s’ atake ås troes djouweus d’ muzike. »

« Comissaire !... Comissaire ! Cobén d’ omes avoz metou d’ gåre adlé Rolofe a l’ ospitå ? »

« A l’ ospitå ? Onk tot seu. Pocwè ? »

(Li moudreu saye d' atchever Rolofe)

Nos avans corou disk’ a noste oto, et demaré ossu roed.

« Waite dins l’ muroe ! Les deus policîs nos shuvnut ! »

« Tant mia ! Avou ces deus la, nos nd avans assez. »

Tins k’ nos nos dispaitchéns, ene grosse noere oto s’ a gåré dins one pitite voye astok a l’ ospitå. Èn ome abiyî d’ ene cazake di bedot, si vizaedje a mitan catchî pa ses grands brunes poys, a-st intré sins fé shonnance did rén.

Il a passé a baxhete divant l’ werene des infirmires. Li passaedje esteut vude. Ene sognante a sôrti d’ ene tchambe, tot li mostrant s’ dos. Li tins di rsaetchî ene pitite botaye did dins s’ potche, do vudî ene lampêye di drouke so on boket d’ wate k’ i tneut dins l’ ôte mwin, il esteut dsur leye. I l’ a apicî did pa padrî, lyi aclaper çou k' i tneut dins s’ pougn so s’ vizaedje. Ele n’ a nén yeu l’ tins di s’ cobate, k ’ ele doirmeut dedja. I l' a trinné dins ene tchambe k’ esteut vude, l’ a catchî padzo on lét et lyi råyî s’ blanc mousmint po sel mete so s’ dos. Il a co rsaetchî on long coutea did dins s’ pea d’ bedot. Il a roté disk’ a l’ machine a distribouwer a boere, prinde ene djate di cafè, et s’ avancî doûcetmint disk’ a l’ coine.

Li djindåre d’ awaite ki lijheut si gazete, achid pa dvant l’ tchambe da Rolofe, n’ a nén yeu l’ tins di si rlever. Li djate di cafè lyi a peté a l’ tiesse, et l’ côp d’ coutea lyi a triviersé li stoumak.

Li tins d’ gårer l’ oto, André, pus spitant, coreut dedja dins l’ ospitå, dimander l’ limero del tchambe da Rolofe.

L’ ome a-st intré dins l’ tchambe. Rén n’ mouvtéve, il a stî drovi l’ finiesse et rsaetchî les rideas. Il a råyî l’ gote-a-gote, mins, li tins d’ prinde si revolver, André petéve l’ ouxh å lådje. Ça a comincî a bardouxhî des deus costés !

Rolofe s’ a dispierté, on revolver padzo s’ nez.

Mins André ricomincive a saetchî. L’ ome s’ a rtourné et les côps d’ revolver ont rcomincî a peter : sacwants côps, pal costé d’ André, epwis, do costé da Rolofe. Ci-ci s' aveut volou rlever, mins il esteut tchai a l’ valêye do lét.

Djan acoreut.

« Djan ! Li finiesse ! I va fote li camp pa l’ finiesse ! Fwai l’ toû pa padrî ! »

Djan a rtourné cazake e courant, tot croejhlant les djindåres.

« A ! Vo vs la, vos deus !

« Cwè çk’ i s’ passe laddins ? Kî çki saetche insi ? »

« Shuvoz m' radmint ! Dji pinse ki ns avans l’ touweu ! »

Li tins d’ si rtrover a l’ intrêye

« La l’ oto ki toûne a l’ coine ! Satchîz, bon Diu ! »

Trop tård, elle esteut ddja trop lon.

(Novelès racsegnes da Rolofe sol moirt da Maria)

Li medcén d’ nute esteut acorou dins l’ tchambe.

« Atincion ! Li coixheure s’ a rdrovou. Sorlevans lu doûçmint. Dji m’  lyi va fé ene pikeure di drouke po l’ soladjî »

« Monsieu Djan... monsieur Djan... estoz la ? Monsieu Djan ! »

« I vout cåzer, docteur, vos vloz bén ? »

« Bon, nén trop lontins, don ! »

« Monsieu Djan, fåt... fåt... ki dj’ vos deye... on côp les sôdårs eralés..., on l’ aveut fait boere... vos m’ compurdoz... On a croeyou tos les troes k' Maria s’ laireut fé... Elle aveut télmint boevou... Elle a tchai a l’ årvier... come mwate. Si tiesse a bignté so les pavés... On a assayî del dispierter... rén a fé... On n’ saveut pus cwè ! Yvon Grënier fjheut ses studes a Lovén po esse medcén... I nos a dit k’ elle esteut moite !

C’ est adon k’ onk di nos troes a yeu l’ idêye do monter ene faloûte po fé croere a ene accidint. On a prins ene djip ki les Almands avéns abandner so l’ plinne. On l’ a coûtchî ddins... passer pa ene trawêye ... a catchete..., po k’ les Amerikins ni nos voeynuxhe nén. Et on l' a stî l’ baker dins l’ schavêye... a Wayindje... e-z eralant.

On s’ a prometou onk a l’ ôte k’ on n’ direut djamåy rén... et k’ on soténreut tos les troes k' Maria esteut sôrteye e minme tins k’ les sôdårs... k’ on n’ l’ aveut pus rveyou... k’ on aveut ralé å pus court pa les pî-sintes.

Ça tcheyeut å bon momint, avou totes les mizeres k’ on a cnoxhou après l’ armistice. »

« Mins, å djoû d’ ådjourdë, avoz des dotes so l’ ci k’ a fwait ça ? »

« Tårdjîz ! Tårdjîz ! C’ est nén co tot ! Nos n’ l’ avans aprins k’ sacwants djoûs pus tård ! Après k’ elle a stî dins les mwins des medcéns ! Grënier s’ aveut marvouyî : Maria... Maria... n’ esteut nén moite. Vos m’ compurdoz... ele n’ esteut nén moite cwand nos avans baké l’ djip dins l’ schavêye... A !... »

« Mins, ådjourdë, monsieu Rolofe... kî ? »

« Assez, Monsieu Djan ! Tårdjîz, asteure ! Vos voeyoz bén k’ i n’ est pus capåbe do cåzer, don ! Il est trop flåwe ! Vos l’ alez fé mori ! »

(Les brunes poys då touweu)

E sôrtixhant del tchambe, on s’ a rtrové dvant l’ tcheyire del djindåre. I dmeréve ene pougneye di poys a l’ tere.

« Djan ! Dene mi on pô tes aloumetes ! »

Dj’ a metou çou k’ dj’ aveu dins mes mwins å dzeu del blame.

« T’ as veyou ça ! Des poys, ça s’ åreut rclapoté par l’ tcholeur. Ces-ci, il ont broûlé cåzu tot d’ shûte ! C’ est nén vrais poys ! Ça vént d’ ene perike ! »

« Waitîz, monsieu Djan ! Dj’ a trové ça astok del sougnante, elle a yeu pus d’ tchance ki l’ gåre, leye : djusse edoirmowe ! »

« A-t ele veyou l’ binete del ci ki l’ a ataké ? »

« Non, ele ni s’ sovént did rén ! »

« Djan, c’ est ene cazake de bedot ! Li minme ki l’ cene k’ on a veyou l’ ôte djoû, cwand on a touwé Rita ! Vos n’ avoz rén trové d’ ôte, monsieu l’ inspecteur ? »

« Non, madame, dj’ a bén naxhî pattavå tot »

« Minme nén do brunes poys ? »

« Non, madame, rén d’ tot ça ! »

(Rascourti do calema)

A l’ vesprêye, on s’ a rtrové tos les troes dilé l’ Merance divant d’ soper.

« S' on rpudreut on côp tot dispoy li cominçmint ? On n’ sait co wai d' tchoi po Rita, et rén d’ pus po l’ fi Braibant. »

« Po Maria, ça, on nd est seur, c’ est Braibant, Grënier et Rolofe. I nos l’ a dit lu-minme, k’ i n’ esteut nén fir did ça et k’ il avént fwait pire ki mia ! »

« Vla vint-cénk ans, nouk n’ a rén savou. Et asteure, ça pôreut esse Marcele – a moens k’ ele ni payreut ene sakî po l’ fé a s’ plaece – ki vôreut rvindjî Maria, si sour. Et co, li rvindjî come leye a stî rtrovêye et a l’ minme plaece. »

« Minme did ça, on nd est nén seur ! Et pocwè asteure : vint-cénk ans pus tård ? »

« Et pocwè, co, s’ endè prinde ås djins ki toûnnut, såf po Rolofe, åtoû des muzicyins ? »

« Tuzez on côp a tot ça, tertos dins vosse coine ! On è rcåzrè ! »

(Co ene lete tapêye pa... divant...)

Å minme moumint, ene sakî tape ene lete so s’ machine a scrire.

Cwand m’ sour a stî rtrovêye moite, mi vicåreye a baké. Des anêyes å long, dji m’ a dit k’ c’ esteut di m’ difåte ! Ki dj’ åreu dvou dmorer avou leye, cisse nute la ! Cobén d’ côps a dj’ volou mete fén a mes djoûs, låvå, tote seule, bén lon, e-n Amerike. Dji n’ comprin nén co asteure çou ki m’ a rastinou. Mins, ådjourdu, dji sai tot çki s’ a passé ! C’ est po ça ki dji so rivnowe. Dji vou k’ i såynuxhe çou k’ c’ est, do dmorer des nutes sins doirmi, a sofri, a hagnî so ses dints, sins rén saveur comprinde, sins rén saveur. A leu toû, ådjourdu ! Dji vou k' i compudnuxhe tos les toirts k’ i nos ont fwait, a m’ sour, a mi, a tote nosse famile ! K’ i n’ roveynuxhe djamåy ki c’ est d’ leus biestreyes ki Maria a morou ! Les touwer, c’ est co trop bon por zels ! Dji vs waeranti, i vont sofri ! I n’ a k’ po Grenier k’ dj’ a co des dotes.

Mins vos endè poloz esse seur, s’ on mi rtrove, come mi sour, dins l’ schavêye a Wayindje, cwand vos drovroz cisse lete ci, dimwin å matén, ça vôrè dire ki dj’ a tapé djusse. Maria årè bén stî rvindjeye.

Marcele

Asteure ki l’ lete est atchevêye, a nos deus, mi ptite Marcele ! Ene miete di drouke so vosse laid muzon, po vos edoirmi, et nos irans fé on ptit toû. C’ est vos ki poitrè l’ tchapea.

(On rtuze a Marcele)

On boeveut djusse ene pitite gote, aviè shijh eures. Merance m’ a vnou cweri po-z aler å telefone.

« Oyi... A ! bonswer, comissaire,... oyi... oyi... Vos avoz rtrové des tchveas ki provegnnut d’ ene perike ! Bén, c’ est djustumint çou ki dji m’ dijheu ossu, la. Li sour da Maria, elle esteut brune, don ?... Pocwè åreut ele yeu dandjî d’ ene perike ? Dijhoz m’ on pô, po Rita, leye ? Avoz trové çou k’ ele fijheut a Wayindje, li djoû k’ elle a stî touwêye ?...Nonna, po rén..., djusse ene sacwè ki m’ passe pa l’ tiesse. »

« Do noû, Djan ? »

« Ba ! non. Tot çki nos avans ddja adviné, la !... Ça vos ireut ene pitite rote disk’ a Wayindje ? »

« Li comissaire waite do rtrover Marcele. Mins, i n a èn oxhea ! Tot d’ shûte après l’ guere, elle a nd alé e Amerike, po continouwer ses studes. Ey ele n’ a djamåy rivnou. Ele sereut acoplêye avou on monsieu Vandertie. »

« Et ses pårints, zels ? N’ a-t i nén moyén d’ saveur ? »

« Li pa a morou la ddja sacwantès anêyes. El man a shuvou ttossu roed. Li comissaire a telefoné e-n Amerike, i waite do saveur a cwè çk’ ele rishonne. »

« Ti m’ direus bén cwè çk’ on est vnou fé vaici ? »

« Bén, dji voleu djusse fé l’ voye da Rita, a l’ vesprêye k’ on l’ a touwé. »

« Elle aléve dire bondjoû, a s’ mame, so li dzeu d’ Måjhone-do-Bwès. Waite, on î est cåzu rindou. Dji ly ireu bén dmander ene sacwè, s' i n a moyén del vey. »

(Amon l' mame da Rita)

Tok, tok, tok !

« Bonswer, madame ! »

« Bonswer, mes djins. Intrez ! Vos estoz des conoxhances da Rita ? »

« Nén ttafwait, madame. Nos rawaitans d’ apicî li ci ki l’ a touwé »

« A ! Vos estoz Djan, André et Djulia. Intrez, achidoz vs ! Dj’ a ene sacwè a vos dire. Est ç' li verité k’ on a rtrové l’ fi Braibant touwé, lu ossu, dins l’ schavêye a Wayindje ? »

« La nén dpus d’ ene cope d’ eures, madame. »

« Schoûtez. Dji n’ l’ a nén dit å comissaire. I n’ mi l’ a n dmandé non pus, dayeur. Mins, asteure, si c’ est l’ verité ki l’ fi Braibant a stî touwé, lu ossu, i fåt ki dj’ vos deye. Ça fwait bén deus moes ki m’ Rita et Bådwin Braibant caressént eshonne. I m' vinént dire on ptit bonswer totes les samwinnes.

O ! Dji conoxhe bén totes les mizeres k’ on a metou so l’ dos di m’ crapåde va ! Mins ç’ côp ci, m’ shonnéve ki c’ esteut podbon. I cåzént mariaedje ! »

« Grenier el saveut i, lu ? »

« Bén, i s’ catchént la, mins ça n’ vout nén dire k’ i nel saveut nén ! »

« Madame, avoz l’ telefone vaici ? »

« Alo ? Alo ? Monsieu l’ comissaire ? Åy, i fåreut ki vos metrîz vos omes a Wayindje, li pus rade possibe. Oyi, nos savans kî çk’ a touwé. Mins ça riskêye do må tourner. Bon, a tot d’ shûte. Våreut mia vos catchî, et pont d’ brut, don ! »

(Ratinde li moudreu)

Nos avans leyî la l’ moman da Rita po ridschinde ratinde li comissaire so l’ boird del schavêye.

« Bon, les omes, vos vos catchîz dins les bouxhons totåtoû del plaece ki vos conoxhoz. Vos, vos alez ratinde a l’ croejhlêye ådzeu, a Måjhone-do-Bwès. Vos, di l’ ôte costé, so l’ voye del Brouhire. Si vos voeyoz ene oto ki pwinte si nez par ci, vos m’ aviertixhoz ttossu rade avou vosse radio !

Et, vos lairoz fé monsieu Djan, don ! »

Nos n’ esténs nén co so plaece d’ ene dimeye eure k’ ene grosse noere oto rôléve åd triviè des teres e trî, ses ptitès loumrotes aloumêyes.

Dj’ esteu cåzu a dijh metes del plaece ou çki tot ça aveut stî emantchî, bén racweti dins on bouxhon.

L’ oto a tårdjî, distinde ses loumrotes. L’ ouxh did pa dvant s’ a drovou. Dj’ a rconoxhou l’ perike ki dj’ aveu ddja veyou. L’ ome a cotourné l’ oto, drovi l’ cofe, et prinde ene sakî dins ses bresses po s’ avancî so l’ boird del schavêye.

(Rascodaedje do moudreu)

« Metoz l' a l’ tere, Grenier ! Vos nd avoz fwait assez ! »

« Vos ! Dj’ a yeu des dotes, li prumire nute. Dj’ a sondjî ki vos pôrîz kécfeye bén tcheryî a m’ coide. Dji vos åreu dvou touwer so plaece. »

« Vos n’ avoz nén sopoirté k’ Rita vos leye po èn ôte, don ? »

« Ça n’ vos rwaite nén ! »

« Vos avoz touwé Rita télmint ki vs estîz djalot. Et co s’ galant, åd dizeu. Et pwis, vos avoz emantchî tote l’ istwêre po fé acroere a on rvindjaedje. Vos avoz disk’ a fé rivni Marcele. Vos l’ avoz seur resseré e vosse måjhone. Et asteure vos lyi alîz fé fé l’ coumulet et arindjî ça po k’ on croeye k’ elle åreut fwait maleur di leye-minme. »

« Vos estoz trop malén ! »

« Et vos, vos estoz on malåde, Grenier ! Vos n’ avoz djamåy pont yeu d’ ritnowe. Les djins n’ sont rén por vos ! Minme Marcele n’ est rén ! »

« Dji n’ årè pont d' ritnowe por vos non pus, curieuse agaesse ! »

Li tins k’ i rsaetche si revolver di s’ potche. Paw !

« Levez vos bresses, Grenier ! »

« Ouxh ! Il esteut tins, comissaire ! »

« Tårdjîz, Grenier ! Pont d’ avance do voleur fote li camp, vos n’ iroz nén lon. »

« N’ avancîz nén. Non ! Si vos avancîz co, dji m’ fote ene bale dins m’ tiesse, dji..., dji... »

I n’ a nén ddja yeu l’ coraedje do saetchî !

« Vola ene sakî ki rvént did lon... C’ est Marcele ? »

« Oyi ! Ele vike ! Ele n’ est k’ edoirmowe ! Il esteut tins ! Elle end a yeu ene, di tchance ! »

Li londmwin å matén

« Bén astcheyou ki l’ mame da Rita vos a drovou les ouys, aeyir, monsieu Djan. Sins ça, il åreut stî trop tård, et nos n’ åréns djamåy savou l’ fén mot po mete Grenier å trô ! Et tot ça, c’ est gråce a vos ! »

« Li prumî côp, cwand nos nos avans trové buk a buk, avou lu, i m’ aveut shonné k’ ça poleut esse ene comere. Mins, ça m’ triboléve dins m’ tiesse. Adon, cwand on a savou po l’ perike et ki Rita et Bådwin Braibant estént å mia, dj’ a comprins ki tos les cis k’ avént yeu des contes a rmete a l’ touweu lyi siervént djustumint bén a lu, et nén a èn ôte ! »

« C’ est come ça k' dj’ a polou dusnukî l’ afwaire, et comprinde k’ i divreut co touwer on dierin côp po s’ mete a cwårea ! »

« A ! Um ! Vos m’ dinroz vosse benediccion si dji vos di k’ dj’ a des rgrets d’ aveur sitî ene miete platezak avou vos ? »

« Vos fjhîz vosse mestî, don, comissaire ! N’ è cåzans pus ! »

« K’ alez fé asteure ? »

« Djan ! Vos n’ m’ avîz nén prometou di m’ fé fé mi intrêye dins vosse famile ? »



Jacque Desmet, nén eplaidî so papî.


* Si des mots difficiles se présentent à vous sur ces pages, allez voir s'ils ne sont pas expliqués dans le Splitchant motî do walon (avec brève traduction française), ou dans le Wikipedia, l'encyclopédie en wallon (suivez: "Pordjet Esplicant Motî") ou encore sur le "Wiccionaire".


 (Index des sujets traités en wallon unifié) Djivêye des sudjets diswalpés e rfondou walon.

 (Index des auteurs dont les textes sont disponibles en wallon commun) Djivêye des scrijheus k' ont scrît u k' ont stî rashious e rfondou walon.

 (Back textes en wallon commun) Erdalans sol pådje des scrijhaedjes e rfondou walon.

(Back homepage) Alans rzè el mwaisse-pådje

(homepage wallon commun) Alans rzè eviè l' pådje moennrece do rfondou walon.


Sicrijhaedjes eplaidîs so les fyis avou l' åjhmince des zwers do scrijheu. Sacwants bokets scrîts tot notant des accints do walon polèt aveur sitî ene miete rassonrés po poleur shuve pus åjheymint les mwaissès rîles do rfondou walon.


Édition en ligne explicitement autorisée par la famille de l'auteur. Certains textes, écrits d'abord en régiolectes, peuvent avoir subi des modifications mineures pour faciliter leur insertion dans le projet d'orthographe wallonne unifiée.